Passer au contenu principal

ValaisLe chef Didier de Courten ferme son restaurant gastronomique

Le cuisinier valaisan, dont le restaurant à Sierre est auréolé de deux étoiles Michelin et de 19 points sur 20 au GaultMillau, jette l’éponge.

Le chef Didier De Courten abandonne la chasse aux étoiles gastronomiques.
Le chef Didier De Courten abandonne la chasse aux étoiles gastronomiques.
KEYSTONE

Le chef valaisan Didier de Courten va fermer son restaurant gastronomique de Sierre avant les fêtes de fin d’année. Celui qui est auréolé de deux étoiles Michelin et de 19 points sur 20 au GaultMillau et sa femme Carmé l’ont fait savoir mardi soir.

Âgé de 52 ans, le Sierrois a décidé d’abandonner la chasse aux étoiles gastronomiques «afin de faire naître de nouvelles étoiles dans les yeux de nos clients», écrivent-ils dans un communiqué. Chacune des distinctions reçues «nous a procuré un bonheur intense», mais «aujourd’hui, la volonté de maintenir ce haut standing s’avère être devenu une entrave plutôt qu’un moteur».

Le cuisiner détaille dans un entretien avec «Le Temps» qu’il ne renie pas les guides gastronomiques, «c’est un choix plus large que celui des guides, c’est un choix de vie». Et de relever que la crise du coronavirus qui a provoqué la fermeture du restaurant pendant deux mois l’a aidé dans cette prise de décision.

«Ce restaurant en plein coeur du Valais, dans une petite cité comme Sierre, c’est une Ferrari avec laquelle il faut rouler sur un chemin de montagne», confie encore Didier de Courten. Le cuisinier a donc décidé de se concentrer sur la brasserie L’atelier gourmand (notée 15 sur 20), le bar à vins l’Ampelos et l’hôtel Le Terminus qui ouvriront en janvier 2021 sous un jour nouveau. «Je veux continuer ce métier, mais en étant heureux», souligne encore Didier de Courten.

Réduction en douceur

Sa brigade compte actuellement 42 personnes. «L’équipe de cuisine va nécessairement être réduite mais en douceur» indique-t-il dans l’édition du jour du Nouvelliste. «Nous avons six mois pour restructurer l’entreprise et assumer les réservations déjà enregistrées».

Contacté par les deux journaux, le rédacteur en chef du GautMillau pour la Suisse Knut Schwander regrette la décision de Didier de Courten, mais comprend la décision du chef. Il relève par ailleurs que le Sierrois, en tant que chef indépendant, ne dispose pas de soutiens de mécène ou d’actionnaires contrairement à d’autres cuisiniers de renom. Ce qui ajoute un certain degré de pression.

Outre Didier de Courten, sept autres chefs comptent 19 points en Suisse: Andreas Caminada (Fürstenau, GR), Philippe Chevrier (Satigny, GE), Tanja Grandits (Bâle, BS), Franck Giovannini (Crissier, VD), Peter Knogl (Bâle), Heiko Nieder (Zurich), Bernard et Guy Ravet (Vufflens-le-Château, VD). Vingt-deux établissements en Suisse ont été récompensés de deux étoiles par le guide Michelin Suisse, seuls trois restaurants en comptent trois.

(ATS/NXP)