Passer au contenu principal

Finances publiquesLe Chenit s’inquiète pour ses comptes à venir

Si l’exercice 2019 a été plus que positif pour la commune horlogère, bénéficiant d’un rebond économique, la Vallée s’attend à des effets difficiles du Covid-19 sur ses finances.

LE SENTIER LE 6 OCTOBRE 2017. Vue sur le Sentier dans La vallée de Joux. Commune du Chenit.
LE SENTIER LE 6 OCTOBRE 2017. Vue sur le Sentier dans La vallée de Joux. Commune du Chenit.
Jean-Paul Guinnard

«Le virus n’a pas seulement perturbé les affaires de la région, elle a secoué l’étranger et nos exportations horlogères», lançait en substance la Commission des finances du Chenit lors du dernier Conseil. Impôts sur les frontaliers, impositions des personnes morales… «On risque d’avoir des baisses de rentrées, et ce sur plusieurs années», indique le syndic Stives Morand.

Un plan de soutien aux sociétés locales a d’ores et déjà été annoncé. S’y ajouteront des mesures économiques qui doivent encore être annoncées. Pour l’heure, surtout, le Chenit provisionne. L’exercice 2019 a en effet été bon. Très bon même. Les recettes fiscales se montent à 24,9 millions, soit 5,9 de plus que prévu. À la Vallée, il se murmure que l’horlogerie a pu reporter une partie de ses bénéfices sur l’année 2019, afin de bénéficier des effets de la RIE III.

À la clôture des comptes, qui dépassent les 36 millions, l’essentiel des gains communaux a été versé dans la péréquation intercommunale, notamment facture sociale et participation policière, indique le syndic. S’y sont ajoutés plusieurs surprises, comme un déficit de la Garderie des Aristochats. Un million a toutefois pu être attribué à un fonds de réserve. Tandis que plusieurs indicateurs (hausse de l’impôt sur la fortune de 9,4% ou sur les gains immobiliers de 72,9%) rassurent toutefois l’Exécutif sur la santé économique de la région et de son industrie.