Passer au contenu principal

Festival du rire de MontreuxLe Comedy fait sa pub en moquant la politique veveysanne

Le Montreux Comedy Festival (2-8 décembre) lance sa première campagne de pub avec un slogan qui suscite beaucoup de réactions sur Facebook.

L’affiche est placardée jusqu’à dimanche à Vevey.
L’affiche est placardée jusqu’à dimanche à Vevey.
Chantal Dervey

«À Vevey, c’est la politique qui fait rire. À Montreux, c’est nous.» Tel est le slogan affiché en grand format sur le frontispice du très passant Centre Saint-Antoine à Vevey depuis samedi dernier, veille du second tour de l’élection complémentaire à la Municipalité de Vevey. Le message est l’œuvre de la direction du Montreux Comedy Festival.

«L’idée, sous le signe de la liberté d’expression, est évidemment de faire rire, sans aucune volonté d’attaquer ou de blesser. Dieu sait si nous avons besoin de rire en ce moment et de la manière la plus large possible. Ici, nous avons lancé une vanne, l’ADN de notre métier, de manière très ciblée. On a choisi Vevey parce que c’est drôle, alors que ça n’aurait pas marché à Lausanne ou Nyon», déclare Grégoire Furrer, fondateur et producteur du Montreux Comedy Festival. La prochaine édition se déroulera du 2 au 8 décembre. Plusieurs têtes d’affiche ont déjà été annoncées, l’organisation annoncera le reste de la programmation à la fin de l’été.

«C’est vraiment drôle, bravo!»

L’accroche fait mouche sur les réseaux sociaux et fait marrer une écrasante majorité. «Les échos sont positifs. Nous avons reçu environ 300 messages et la publication sur ma page FB a été partagée 21 fois», poursuit le créateur du festival du rire qui a publié le premier l’affiche encore visible jusqu’à dimanche. «C’est gonflé… mais c’est très exactement pour cette raison que je trouve ça drôle», écrit une internaute. «Totalement réussi!» lance Suzanne Lauber-Fuerst, présidente de Montreux Libre. Pour son camarade de parti Emmanuel Gétaz: «C’est vraiment drôle, bravo!» Et «Moi, j’adore», s’extasie Frédéric Hohl, directeur exécutif de la Fête des Vignerons.

Qu’en pensent les politiciens concernés? «Le Comedy est un peu dans la provocation, c’est de bonne guerre», dit la syndique Elina Leimgruber, qui relève que «l’Exécutif est au travail avec notamment l’assermentation du nouveau municipal Yvan Luccarini. Nous mettons tout en place pour que la législature se poursuive le mieux possible, dans l’intérêt de tous les Veveysans.» L’édile fait part de son «soutien appuyé au Montreux Comedy et à tous les acteurs culturels de la région, durement touchés par la crise sanitaire».

«Il vaut mieux un excès de caricature qu’un excès de censure»

Michel Agnant, paraphrasant Nicolas Sarkozy

«L’abus ne dit pas d’en empêcher l’usage, plaide Michel Agnant, ministre de la Culture. La satire, la caricature titillent le pouvoir. C’est l’apanage d’une vraie démocratie dans laquelle la liberté d’expression doit rester sacrée. Je paraphraserai enfin Sarkozy en disant: il vaut mieux un excès de caricature qu’un excès de censure.»

À la question de savoir si on n’aurait pas pu faire la même campagne sur la politique montreusienne comme le propose un internaute veveysan, Grégoire Furrer répond sans ambiguïté: «Il n’y a pas photo entre les divers psychodrames politiques vécus ces dernières années à Vevey et la politique montreusienne.» L’utilisateur de Facebook mentionne le loupé sur l’envoi du matériel de vote pour la réhabilitation du Centre de Congrès et l’annulation par le TF du Plan général d’affectation.

«À Vevey, on rigole, à Montreux on s’emmerde»

Sur ce thème encore, la publication fait grincer quelques dents sur une autre page. Un homme assène: «Montreux ferait mieux de balayer devant sa porte.» Élu écologiste veveysan, Antoine Dormond rédige: «On pourrait dire: à chacun son tour. Montreux a aussi défrayé la chronique par le passé avec des affaires municipales rocambolesques.» Une dame estime la publication «pitoyable». «C’est le rôle du festival d’être un peu le fou du roi. Forcément, ça fait réagir. Heureusement que des gens ne sont pas d’accord. Nous sommes en démocratie et si ce type de slogan suscite le débat, c’est tant mieux», conclut Grégoire Furrer.

«À Vevey, on rigole, à Montreux on s’emmerde», résume finalement un internaute. On rigole tellement dans la ville d’Images que lorsqu’on tape «festival du rire» sur l’annuaire en ligne Tel-search, une seule occurrence apparaît: le numéro de l’administration communale… de Vevey!