Passer au contenu principal

Ouverture des salons de prostitution«Le Conseil d’État n’a pas une posture morale»

Nuria Gorrite, présidente du Conseil d’État vaudois, vendredi 23 octobre 2020 à Lausanne.

Les salons de massages étaient les derniers à pouvoir rouvrir suite à la première vague. Aujourd’hui ils peuvent continuer à exercer. Le résultat du lobbyisme de la branche ce printemps?

Non, nous avons retenu les leçons de la première vague dans le sens de la santé de la population. Il faut éviter que la prostitution, qui est légale, passe dans la clandestinité. C’est ce qui s’est passé. Le fait de fermer entièrement ce domaine d’activité a entraîné des risques avérés de sévices et de violences physiques pour toute une catégorie de personnes, parfois sans statut légal. Les protéger, et éviter qu’elles aient besoin de soins hospitaliers, fait aussi partie de notre responsabilité. Nous évitons toute posture morale.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.