Passer au contenu principal

L’invitéLe Conseil fédéral face à ses responsabilités économiques

«Pas besoin d’être devin pour s’apercevoir qu’il est urgent d’agir.»

Mettre la pression sur les sept Sages

3 commentaires
    Frederic

    Bien vu! J'ai failli m'étrangler quand j'ai entendu Ueli Maurer au Tj la semaine dernière se plaindre que la crise coûtait beaucoup d'argent. Purée, un ministre des finances n'est pas le caissier d'une association sportive. On serait en droit d'attendre de nos élus un peu de dignité et un discours apaisé, au moins en apparence. On frise le délire dans cette crise. Les forces productives et l'appareil sont intactes et on est confronté à une problématique de circulation monétaire. Ainsi, la notion même de prêt à fonds perdus paraît abusive, puisque l'argent injecté maintient l'emploi et la capacité productive, donc les revenus fiscaux à venir. Sinon, à quoi sert une Etat???