Passer au contenu principal

Mobilisation des conscritsLe coronavirus ravive la guerre entre armée et service civil

Alors que des milliers de militaires ont été appelés en renfort, les civilistes sont restés en retrait. Leurs partisans dénoncent une opération comm.

Comme ici, le 8 avril, à l’hôpital de Fribourg, de nombreux soldats sont venus mener prêter main-forte au personnel de soin durant la pandémie.
Comme ici, le 8 avril, à l’hôpital de Fribourg, de nombreux soldats sont venus mener prêter main-forte au personnel de soin durant la pandémie.
KEYSTONE/Alessandro della Valle)

Armée et service civil, main dans la main, venus expliquer devant la presse comment ils s’engageaient conjointement dans la lutte contre le coronavirus. Nous sommes mi-mars, au début de l’épidémie. Aujourd’hui, cette image appartient au passé. Durant les trois derniers mois, dix à vingt-cinq fois plus de militaires que de civilistes ont été appelés en renfort (lire l’encadré). Alors que l’armée en profitait pour parfaire son image, le service civil était invisible. Une différence qui fâche ses partisans, au moment où il est question de durcir les conditions d’entrée au service civil pour diminuer son attrait face à l’armée. La réforme sera discutée ce jeudi au parlement, mais elle est d’ores et déjà menacée par un référendum.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.