Passer au contenu principal

SolidaritéLe Covid a rapproché de parfaits inconnus

À Chavannes-près-Renens, Michel Conti et Marguerite Eschlé, 77 et 88 ans, ont conjuré la solitude en s’appelant toutes les semaines. Première rencontre.

Marguerite Eschlé et Michel Conti se sont racontés par téléphone pendant tout le confinement. Lors de leur première rencontre en vrai, Margurite sort de sa bibliothèque un petit livret de souvenirs de son enfance à Saigon.
Marguerite Eschlé et Michel Conti se sont racontés par téléphone pendant tout le confinement. Lors de leur première rencontre en vrai, Margurite sort de sa bibliothèque un petit livret de souvenirs de son enfance à Saigon.
Florian Cella

Qui a dit que le coronavirus était fatal à tout contact humain? Dans bien des cas, cela n’a été que trop vrai. La pandémie a aussi rapproché des inconnus qui autrement ne se seraient peut-être jamais rencontrés. Tous deux habitants de Chavannes-près-Renens, Marguerite Eschlé, 88 ans, et Michel Conti, 77 ans, se sont vus en vrai pour la première fois cette semaine. C’est pourtant bien le semi-confinement qui a fait naître leur amitié. Depuis le mois de mars, ils se tiennent compagnie par téléphone tous les mercredis matin pour de longues conversations.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.