Passer au contenu principal

SuisseLe Covid perturbe la promotion de la main-d’œuvre

La promotion de la main-d’œuvre présente en Suisse a elle aussi pâti de la pandémie. Certaines mesures fédérales ont pris du retard.

Certaines mesures prises par le Conseil fédéral concernant la main-dœuvre ont pris un peu de retard, à cause de la pandémie.
Certaines mesures prises par le Conseil fédéral concernant la main-dœuvre ont pris un peu de retard, à cause de la pandémie.
Keystone/archive

En mai 2019, le Conseil fédéral a pris une série de sept mesures pour encourager les entreprises à recourir d’abord à la main-d’œuvre présente en Suisse pour couvrir leurs besoins en travailleurs qualifiés. Il y voyait un moyen de sauver la libre-circulation, mise en péril par les initiatives de l’UDC. Mais la crise du coronavirus a conduit les autorités à modifier leurs priorités.

Si certains projets avancent conformément au calendrier prévu, d’autres accusent des retards, indique le Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) dans un communiqué publié jeudi. De fait, la durée des projets sera prolongée si nécessaire. Aucun coût supplémentaire ne devrait être engendré.

Rente-pont à bout touchant

Mesure-phare, la rente-pont pour les chômeurs de plus de 60 ans est à bout touchant. Le Parlement a adopté le projet à la session d’été. Le gouvernement souhaite une mise en œuvre dès que possible. Un comité formé de membres de l’UDC a toutefois lancé le référendum. Le délai court jusqu’au 8 octobre.

Parmi les autres mesures, l’intégration professionnelle des étrangers déjà sur place semble aussi sur de bons rails. Dix-huit cantons ont indiqué vouloir étendre le préapprentissage d’intégration aux jeunes étrangers arrivés tardivement en Suisse en dehors du domaine de l’asile. D’autres pourraient encore s’annoncer d’ici le 31 octobre, date limite pour le dépôt des programmes.

Quatorze cantons veulent quant à eux participer à un programme pilote de soutien financier pour les réfugiés et les requérants d’asile admis à titre provisoire qui sont difficiles à placer sur le marché du travail. Le but visé est que l’employé décroche un contrat de travail de longue durée.

Retard pour les chômeurs âgés

Les mesures visant à éviter aux personnes d’un certain âge d’être évincées du marché de l’emploi ont à l’inverse souvent accusé du retard. Les travailleurs de plus de 40 ans pourront accéder gratuitement à un bilan professionnel, une évaluation de potentiel et un conseil de carrière. Mais seulement une année plus tard que prévu initialement.

Des projets pilotes seront lancés dans onze cantons, dont tous les cantons romands sauf Neuchâtel, en 2021. Et un programme national sera appliqué entre 2022 et 2024.

Le programme d’impulsion, avec une offre de conseil renforcée, pour réintégrer sur le marché du travail des demandeurs d’emploi âgés difficiles à placer a aussi été retardé. Il sera prolongé jusqu’à la fin de 2024. De même que l’essai pilote visant à aider les chômeurs en fin de droit de plus de 50 ans à retrouver un emploi.

ATS/NXP