Passer au contenu principal

Immersion au CHUV«Le défi numéro un, c’est l’épuisement du personnel»

Le Service de médecine interne a massivement augmenté sa capacité. Il note, enfin, une légère baisse du nombre de patients.

Le virus a touché les poumons de Pierre Sennwald. Sa récupération sera lente.
Le virus a touché les poumons de Pierre Sennwald. Sa récupération sera lente.
Florian Cella

«Je suis arrivé aux soins intensifs dans un tel état de confusion… Je ne me souviens même pas comment.» Le Lausannois Pierre Sennwald (78 ans) est hospitalisé depuis plusieurs semaines au CHUV. C’est aux Soins intermédiaires, au 17e étage, que sont admis les patients de Médecine interne nécessitant une surveillance étroite, par exemple parce que leur état se dégrade ou qu’ils sortent très affaiblis des soins intensifs. L’unité est parmi les plus pleines de l’hôpital, malgré la dizaine de lits supplémentaires créés. Masque à oxygène sur le visage, Pierre Sennwald discute avec les équipes, ne perd pas son humour malgré son impatience de sortir. Ses poumons sont bien touchés par le virus, lui expliquent les médecins. La récupération sera lente. «Je m’y attendais. En résumé, je suis ici pour un certain temps. Pour l’anniversaire de ma femme vendredi, c’est raté.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.