Passer au contenu principal

Finances communalesLe déficit de Pully continue de se creuser

Le budget prévoit un excédent de charges de 17 millions. Coupable désigné: la péréquation cantonale.

Pully a engagé un combat avec l’État de Vaud dans l’espoir de modifier le modèle de répartition du financement la facture sociale entre les Communes et le Canton.
Pully a engagé un combat avec l’État de Vaud dans l’espoir de modifier le modèle de répartition du financement la facture sociale entre les Communes et le Canton.
Florian Cella

La situation financière de Pully, déjà mauvaise, va encore se péjorer. Le budget 2021 prévoit un déficit de 16,7 millions de francs* (contre – 11,6 millions attendus en 2020 et – 10,7 millions en 2019).

La marge d’autofinancement devrait continuer de plonger (-12 millions, contre -2 millions en 2019). Corollaire: la dette devrait augmenter une fois encore pour atteindre 160 millions fin 2021.

«Le système transforme les riches en pauvres et les pauvres en riche.»

La Commission de finances de Pully, à propos du système péréquatif vaudois

Les autorités dénoncent de longue date le coupable de ce budget largement déficitaire: la participation de la Ville aux charges péréquatives cantonales, qui grèvent la bourse communale. Pully est la Commune vaudoise la plus contributrice dans cette péréquation (57 millions). Une fois lesdites factures payées, la Commission des finances relève qu’il ne reste à la Ville que 12,6 points d’impôt pour tourner (sur les 61 points perçus auprès du contribuable).

Les Pulliérans ont refusé en septembre – cela n’arrange rien – une hausse du taux d’imposition. Et la Commune répète qu’il lui est difficilement possible de compresser encore davantage ses charges maîtrisables, sous peine de porter atteinte aux prestations à la population.

Révolte en marche

«Le système ne se satisfait pas de prendre aux riches pour donner aux pauvres; il transforme les riches en pauvres et les pauvres en riches», dénonce la Commission des finances. Et de donner cet exemple: après paiement de la péréquation et de la facture sociale, il reste à Pully 26 francs par habitant et par point d’impôt, contre 49 pour Renens.

Reste l’espoir, pour la Municipalité, de faire réviser le modèle de répartition du financement de la facture sociale. Elle a engagé un combat contre le Canton sur trois fronts: le dépôt d’un recours contre le décompte de cette facture, la décision de surseoir au paiement du quatrième acompte 2020 et le soutien à l’initiative SOS Communes.

*Soit environ 173 millions de charges pour 156 millions de revenus.

3 commentaires
    R. B.

    En soit le principe de péréquation est juste. Pully attire les riches contribuables avec un taux d'imposition communal bas, un marché immobilier haut de gamme (+ hors de prix) et une localisation idéale pour profiter du marché du travail et des infrastructures lausannoises. C'est normal que Pully aide les communes moins favorisées vu sa situation privilégiée. Ce qui semble plomber la plupart des communes vaudoises c'est plutôt la répartition de la facture sociale entre communes et canton.