Passer au contenu principal

Europe de l’EstLe lutteur valaisan Tanguy Darbellay emprisonné en Biélorussie

Le jeune champion suisse de 21 ans a été arrêté dans la capitale biélorusse dans la nuit de dimanche à lundi en marge des manifestations contre les résultats de l’élection présidentielle.

Les manifestations en Biélorussie se sont déjà soldées par des milliers d’arrestations.
Les manifestations en Biélorussie se sont déjà soldées par des milliers d’arrestations.
KEYSTONE/AP/Sergei Grits

Un citoyen suisse a été arrêté dans la capitale biélorusse Minsk, dans le cadre des protestations contre les résultats de l’élection présidentielle. Il s’agit du lutteur valaisan Tanguy Darbellay, selon la RTS. Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) suit l’affaire avec une «haute priorité».

«Nous avons reçu une vidéo d’un journaliste russe, qui a réussi à filmer l’intérieur de la prison et où on le reconnaît», déclare le père du jeune homme, interrogé sur les ondes de la RTS. La famille souhaite à présent qu’il soit extradé au plus vite.

Tanguy Darbellay aurait été interpellé lors d’une descente de police au centre-ville de la capitale alors qu’il était sorti manger au restaurant, a indiqué son père.

L’ambassade à Minsk n’a pas encore pu rendre visite au ressortissant suisse, indique mercredi à Keystone-ATS le DFAE dans une prise de position. Il réagissait à une information de la télévision alémanique SRF diffusée la veille.

Le DFAE est en contact avec les autorités biélorusses, ainsi qu’avec les proches de l’homme arrêté. Il intervient également en sa faveur par le biais de «différents canaux».

Nombreuses arrestations

La secrétaire d’État Krystyna Marty Lang a par ailleurs abordé l’affaire mardi avec le vice-ministre des affaires étrangères biélorusse Oleg Kravchenko. Le DFAE ne commente pas les circonstances de l’arrestation et les conditions de détention.

Les protestations contre la réélection à la présidence du dirigeant autoritaire Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 26 ans, secouent Minsk, la capitale, et plusieurs autres villes du pays depuis dimanche soir.

Violemment dispersées par la police avec des grenades assourdissantes et des balles en caoutchouc, ces manifestations se sont soldées par des milliers d’arrestations et ont fait un mort et plus de 250 blessés, selon les chiffres officiels.

Tirs à l’arme à feu

La police biélorusse a indiqué mercredi avoir tiré avec des armes à feu sur des manifestants. Dans la nuit de mardi à mercredi, les protestataires «agressifs», armés de bâtons en métal, ont attaqué des policiers à Brest, dans le sud du pays, selon un communiqué des autorités.

Après des tirs de sommation «qui n’ont pas arrêté» les assaillants, les policiers «ont dû tirer avec des armes à feu» pour «protéger leur vie», selon la même source. «Un assaillant a été blessé», a précisé le communiqué de la police.

L’opposante Svetlana Tikhanovskaïa, 37 ans, rivale à la présidentielle d’Alexandre Loukachenko, a pour sa part quitté le pays pour la Lituanie mardi. Elle a appelé ses partisans à ne pas manifester, dans une vidéo réalisée «sous pression», selon ses soutiens.

ATS/NXP