Passer au contenu principal

Magnat des mines jugé à GenèveLe duel Steinmetz-Bertossa enflamme le procès de la corruption

Au tribunal, l’ex-milliardaire Beny Steinmetz a dit ne rien savoir des pots-de-vin versés en marge de ses projets miniers en Guinée. L’accusation a tenté de le coincer, documents à l’appui.

Beny Steinmetz lors de son interrogatoire par le Tribunal correctionnel de Genève.
Beny Steinmetz lors de son interrogatoire par le Tribunal correctionnel de Genève.
PATRICK TONDEUX

Sa parole est rare. Beny Steinmetz, le magnat des mines et du diamant jugé cette semaine à Genève pour corruption et faux dans les titres, ne donne presque jamais d’interviews. Autant dire que ses explications, ce mardi devant le Tribunal correctionnel, étaient très attendues.

Âgé de 64 ans, celui qui fut l’homme le plus riche d’Israël est accusé d’avoir soudoyé une femme de l’ancien président guinéen pour s’emparer d’une partie des richesses minières du pays. Depuis le début de l’affaire, en 2013, il suit la même ligne de défense, avec une constance confinant à l’obstination. Il ne nie pas qu’il y ait pu y avoir corruption autour des projets de son groupe en Guinée. Il affirme seulement qu’il n’était pas au courant et qu’il n’y est pour rien.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.