Passer au contenu principal

Exotisme vaudois (37/41)Le farniente à Cudrefin, aux confins du canton

Avec son jet d’eau sur le lac de Neuchâtel, sa situation au cœur d’une nature préservée, sa grande plage herbeuse et ses buvettes, le village vaudois le plus septentrional est idéal pour se reposer une journée ou plus.

 Au pied de l’autre jet d’eau, il fait bon se prélasser à la plage de Cudrefin.
Au pied de l’autre jet d’eau, il fait bon se prélasser à la plage de Cudrefin.
CHRISTIAN BRUN

«Pas besoin de partir en vacances quand on vit à Cudrefin en été. On est en vacances.» Syndic de Cudrefin tout frais quadragénaire en ce jeudi, Thierry Schneiter joue les VRP de luxe pour son village lacustre, reconnaissable loin à la ronde depuis le lac de Neuchâtel avec son jet d’eau. Rien de comparable avec le jet de Genève, mais le geyser d’une vingtaine de mètres permet facilement aux navigateurs sur le plan d’eau de se situer. «Il a été offert dans les années 70 à la Commune par Werner Stuber, ancien propriétaire du «Bund» à Berne et résidant de Cudrefin», relève le syndic.

«Pas besoin de partir en vacances quand on vit à Cudrefin en été. On est en vacances»

Thierry Schneiter, syndic

Si la commune la plus septentrionale du canton de Vaud est connue pour son jet situé au cœur du port, elle vaut surtout le détour comme station de farniente. «Je viens ici pour bronzer et me reposer en toute tranquillité au cœur de la Grande-Cariçaie», souffle Louis, un sexagénaire habitué des lieux. Grils, terrain de beach-volley ou place de jeu raviront aussi familles et amis venus se prélasser une journée ou davantage.

Trois frontières cantonales

Cudrefin a la particularité de toucher le canton de Neuchâtel par le lac, celui de Berne juste après le passage du canal de la Broye et celui de Fribourg par le Mont-Vully tout proche. Pour qui aurait un peu de temps lors de sa visite, un détour s’impose d’ailleurs par les fameuses grottes, d’anciennes fortifications militaires, creusées dans la molasse par l’armée suisse, pendant la guerre de 1914-1918.

Avec son sol recouvert de sable, la buvette Baywatch donne à la commune des airs de station balnéaire.
Avec son sol recouvert de sable, la buvette Baywatch donne à la commune des airs de station balnéaire.
CHRISTIAN BRUN

Outre sa plage touristique très prisée en été, Cudrefin jouit d’une quiétude sans pareille, entre deux réserves naturelles de la rive sud du lac de Neuchâtel. Mecque des ornithologues, la réserve de Cudrefin a une valeur internationalement reconnue pour les oiseaux d’eau. L’endroit accueille notamment le centre nature BirdLife de la Sauge (lire encadré). De l’autre côté de la localité, les Grèves de la Motte abritent les plus fortes densités d’amphibiens de la rive sud du lac.

Comme au cinéma

Nouveau patron du club-house de la Société nautique, Olivier Dalla Zuanna est arrivé du canton de Neuchâtel tout proche. «Le soir de notre première journée sur la plage, nous cherchions déjà un logement au village», sourit l’ancien banquier, reconverti depuis peu dans la restauration. «Ce qui est agréable ici, c’est la vue sur le Chasseral de jour ou la ville de Neuchâtel illuminée de nuit, mais surtout les couleurs du lac, qui changent au fil de journée. Un jour, un client m’a dit: «Ici, on est comme au cinéma, mais le spectacle est gratuit.»

À deux pas de là, les touristes apprécient de boire un verre dans le sable de la buvette Baywatch, un bâtiment communal géré par un tenancier. Quant aux Cudrefinois de souche, ils auront plutôt tendance à prendre l’apéro «Chez Popeye», une troisième paillote de plage, donnant au village des airs de station balnéaire. «On descend parfois ici avec mon équipe à la fin du boulot pour partager un verre et on oublie directement le travail», reprend le syndic, patron d’une entreprise de ramonage. Au total, la bourgade n’abrite pas moins de neuf lieux de restauration, dont quatre ferment en hiver.

DE 1800 habitants en basse saison, Cudrefin passe à plus de 5000 personnes en été, qui viennent profiter des eaux du lac de Neuchâtel.
DE 1800 habitants en basse saison, Cudrefin passe à plus de 5000 personnes en été, qui viennent profiter des eaux du lac de Neuchâtel.
CHRISTIAN BRUN

5000 habitants en été

De 1800 habitants en basse saison, soit une centaine de nouveaux résidents par an sur les dix dernières années, Cudrefin passe à plus de 5000 personnes en été. Covid oblige, cette année, le camping communal quatre étoiles affiche déjà complet, que ce soit les 423 emplacements résidentiels ou les 150 places touristiques. L’infrastructure étant équipée de son propre port et de sa plage, ses occupants ne rejoignent pas souvent la plage publique. Avec le second port de cette plage, la bourgade propose quelque 450 possibilités d’amarrage.

«On a un chalet au bord de l’eau depuis deux générations»

Anna, Neuchâteloise vivant désormais à Berne

Mais comme au camping, les visiteurs alémaniques sont nombreux sur la bande herbeuse. À l’inverse d’Anna, une Neuchâteloise d’origine, qui vit désormais à Berne, à quarante-cinq minutes de là: «On a un chalet au bord de l’eau, depuis deux générations. Ici, on se sent vraiment en vacances. C’est d’ailleurs le cas ces jours, mais c’est pareil si on vient pour le week-end. Et en plus, comme c’est proche de la maison, on est vite de retour si on a oublié quelque chose.»

Minigolf de nuit

La journée de congé à Cudrefin ne serait pas complète sans un passage au minigolf des Pommiers, une activité que l’on peut même essayer de nuit, de septembre à décembre, pour une expérience encore plus originale, grâce à des lampes frontales et des balles fluorescentes.

En deuxième partie de saison, le minigolf des Pommiers propose aux clients de tester aussi le jeu une fois la nuit tombée.
En deuxième partie de saison, le minigolf des Pommiers propose aux clients de tester aussi le jeu une fois la nuit tombée.
CHRISTIAN BRUN