Passer au contenu principal

GenèveLe festival Filmar en América Latina aura lieu en ligne

La 22e édition du festival de cinéma latino-américain est maintenue mais sous un format digital en raison de la fermeture des cinémas. Les internautes pourront découvrir 24 films et quatre séries de courts-métrages du 20 au 29 novembre.

L’option en ligne «permettra au plus grand nombre de visionner une majorité de la sélection 2020 et de continuer à soutenir le cinéma latino-américain indépendant», a indiqué la directrice du festival.
L’option en ligne «permettra au plus grand nombre de visionner une majorité de la sélection 2020 et de continuer à soutenir le cinéma latino-américain indépendant», a indiqué la directrice du festival.
Filmar.ch

Le festival Filmar en América latina a réinventé sa 22e édition: elle aura finalement lieu en ligne du 20 au 29 novembre 2020. Une vingtaine de longs-métrages et quatre séries de courts-métrages en provenance de 14 pays seront présentés pour apporter un souffle du continent sud-américain.

«Suite aux mesures adoptées par le Conseil d’État genevois le 1er novembre, nous avons dû repenser une nouvelle fois cette édition», a expliqué Vania Aillon, directrice de Filmar, jeudi lors d’un point de presse en ligne. Les cinémas et lieux d’accueil du festival étant fermés, les projections en salle n’auront pas lieu, de même que les événements publics en marge de l’événement.

L’option en ligne «permettra au plus grand nombre de visionner une majorité de la sélection 2020 et de continuer à soutenir le cinéma latino-américain indépendant», a-t-elle poursuivi. La sélection de films sera visible en ligne sur filmingo, une plateforme gérée par la fondation suisse trigon-film.

Le programme sera accessible sur le site filmar.ch. Le prix est de huit francs par film, mais il existe des abonnements, a précisé la directrice.

Une belle programmation

Si l’année est exceptionnelle, «nous aurons malgré tout une belle programmation: 24 longs-métrages, deux sections compétitives, quatre séries de courts-métrages, quelques avant-premières, et, comme d’habitude, des films que vous ne verrez nulle part ailleurs», a souligné Vania Aillon.

Deux tables rondes sont également au programme les 26 et 27 novembre. Elles se dérouleront en Facebook live. Le film d’ouverture «La odisea de los giles» de Sebastián Borensztein, (Argentine, 2019) ainsi que le film de clôture «El robo del siglo de Ariel Winograd» (Argentine, 2020) sont conservés et visibles en ligne.

Des compétitions

En ce qui concerne la compétition Opera Prima, six nouveaux talents seront en lice pour le prix d’une valeur de 4000 francs. Le prix du public (Focus Sud), également de 4000 francs, sera lui attribué à l’une des six oeuvres présentées par des réalisateurs confirmés.

Parmi eux, «Lina de Lima», une fiction de Maria Paz Gonzalez, Chili/Pérou, 2019, mais aussi «Vivos» un documentaire de Ai Weiwei, tourné au Mexique en 2019. Le célèbre artiste chinois, également réalisateur, aurait dû se rendre à Genève pour le festival. «Il ne viendra malheureusement pas», a déploré la directrice.

Hommage à Sepúlveda

Beaucoup de thèmes reviennent régulièrement dans le cadre du festival et ce sera le cas également cette année, a-t-elle ajouté. Et de citer les droits humains, l’émancipation féminine, l’immigration, la diversité des genres, les thématiques LGBTIQ+, les peuples autochtones.

Filmar rendra également hommage à l’écrivain chilien Luis Sepúlveda, décédé en avril dernier du coronavirus: il projettera en ligne le documentaire de Sylvie Deleule «Luis Sepúlveda, l’écrivain du bout du monde».

www.filmar.ch

ATS/NXP