Passer au contenu principal

Du jazz à l’horizonLe festival JazzOnze+ veut «passer entre les gouttelettes»

Six mois après l’annulation du Cully Jazz, le JazzOnze+ espère maintenir son édition 2020, prévue du 29 octobre au 1ernovembre prochains.

Le trio du trompettiste Paolo Fresu jouera dans les parages de Chet Baker, le 31 octobre à la Salle Paderewski.
Le trio du trompettiste Paolo Fresu jouera dans les parages de Chet Baker, le 31 octobre à la Salle Paderewski.
ROBERTO CIFARELLI

«Nous avons réduit la voilure, avec un jour de moins et nous avons diminué les jauges des salles principales qui passent de 450 à 300», détaille Gilles Dupuis, directeur artistique de la manifestation. Mais le responsable se doit de rester attentif à l’évolution de la situation. «Nous ne sommes pas à l’abri, espérons que l’on parviendra à passer entre les gouttelettes!

«Comme il était difficile d’envisager des artistes américains ou anglais, je me suis focalisé sur les Suisses et les Français.»

Gilles Dupuis, directeur artistique de JazzOnze+

Si l’on écarte les scénarios catastrophe pour s’intéresser à la programmation de cette cuvée un peu spéciale, les contraintes n’ont pas eu que des effets négatifs. «Comme il était difficile d’envisager des artistes américains ou anglais, je me suis focalisé sur les Suisses et les Français.» Du coup, très peu de têtes d’affiche évidentes au sommaire – à l’exception du trio du trompettiste sarde Paolo Fresu – et des musiciens qui n’auraient peut-être pas résisté à la concurrence anglo-saxonne ou auraient alors été moins bien exposés.

Programmation saute-frontière

La pandémie permet ainsi de mettre en valeur des artistes talentueux d’un côté ou de l’autre de la frontière, que ce soit, chez les Suisses, le Léon Phal Quartet, Andreas Schaerer, Grand Pianoramax ou, chez les Français, Anne Paceo (avec l’HEMU Orchestra), Guillaume Perret, Renaud Garcia-Fons ou encore le duo Vincent Peirani-Emile Parisien, alliance du souffle et du soufflet qui a déjà fait ses preuves en live.

Il faut encore mentionner la venue de David Walters et de la plus lausannoise des Cubaines, Yilian Canizares, qui rattrape ici son concert annulé aux Docks, pour compléter les attraits d’une édition qui semble séduire le public. «Après deux semaines de prélocations, nous avons déjà atteint 30% de nos objectifs budgétaires en billetterie. Le public a plus d’appétit que l’an dernier!»

Lausanne, divers lieux, du je 29 oct. au di 1er nov., www.jazzonzeplus.ch