Passer au contenu principal

Yverdon-les-BainsLe Grand Hôtel et Centre thermal a reçu son permis de construire

La Municipalité a délivré le sésame qui doit permettre le démarrage d’un vaste chantier de modernisation à 32 millions. Et le complexe, fermé depuis novembre, rouvre ses portes vendredi, pour sa clientèle hôtelière.

Les Bains d’Yverdon attendent de pied ferme une cure à 32 millions.
Les Bains d’Yverdon attendent de pied ferme une cure à 32 millions.
ODILE MEYLAN

Le communiqué conjoint du Groupe BOAS et de la Municipalité d’Yverdon met fin aux rumeurs. Fermé depuis le 4 novembre en raison d’un grand nombre d’annulations de réservations, le Grand Hôtel et Centre thermal d’Yverdon va rouvrir ses portes vendredi, à la veille des semaines de relâche qui se succèdent canton par canton en Suisse.

La reprise des activités hôtelières – seuls les clients de l’établissement y auront évidemment accès, normes Covid-19 obligent – n’est toutefois pas totale. Chauffée à 28°, la piscine du Grand Hôtel sera accessible, de même que le bassin intérieur (33°) et un des deux bassins extérieurs (34°, soit le plus ancien, mais le plus chaud des deux). En fonction du taux d’occupation, le troisième pourrait être remis en service. À noter que pour cette période de vacances, le complexe thermal mettra en place des activités enfants l’après-midi, afin de permettre aux parents quelques heures de détente et d’évasion.

Il n’empêche que cette bonne nouvelle n’effacera pas les conséquences financières de cette fermeture de plus de trois mois, estimées à 3,3 millions. BOAS souligne à ce propos qu’il a heureusement pu compter, dans le cadre des cas de rigueur, sur une aide substantielle de l’État, alors que la Ville d’Yverdon «a activement contribué à la recherche d’une solution assurant la pérennité des Bains».

Début de chantier indéterminé

Joli rayon de soleil dans la grisaille hivernale, la Municipalité a délivré le permis de construire attendu de longue date pour le projet de rénovation et de développement du complexe. Un chantier à 32 millions qui doit donner une nouvelle jeunesse au site grâce à une refonte complète des infrastructures, un renforcement de son offre loisirs et bien-être et la création d’un nouvel espace médical.

Alors qu’il y a trois semaines, la direction disait espérer pouvoir démarrer cette cure en profondeur courant mai, elle ne se prononce plus en termes de calendrier aujourd’hui: «Trop d’inconnues subsistent.» Le chantier s’étalerait toutefois sur trente-six mois. Comme cela a été le cas à Saillon (VS), l’autre site thermal propriété de BOAS, il se ferait sans interrompre l’exploitation.

1 commentaire
    Fidelio

    Quels jolies nouvelles