Passer au contenu principal

Votations du 29 novembreLe GSsA mène la guerre contre l’armée depuis quarante ans

L’initiative pour interdire le financement du matériel de guerre est le dernier combat du Groupe pour une Suisse sans armée. Retour historique en sept dates clés.

À Berne en 1993, des manifestants du GSsA marquent leur opposition à l’achat de 34 avions de combat F/A-18.
À Berne en 1993, des manifestants du GSsA marquent leur opposition à l’achat de 34 avions de combat F/A-18.
KEYSTONE

La réalité économique face aux arguments éthiques, voilà à quoi ressemble la campagne autour de l’initiative sur le financement du matériel de guerre. Soumis au vote le 29 novembre, le texte veut interdire aux institutions financières et aux caisses de pensions d’investir dans l’industrie d’armement. Selon une étude des partisans, cela représente près de 10 milliards. Derrière ce texte, on trouve notamment le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA).

Lire aussi: Cette fois, le GSsA joue sa crédibilité

Le commerce de la guerre, la question divise en Suisse. Et pas seulement en raison des investissements dans ce secteur. Malgré sa neutralité et sa tradition humanitaire, le pays compte aussi plusieurs entreprises actives dans ce domaine. Un secteur qui se porte bien. Entre 2000 et 2019, les exportations annuelles de matériel de guerre ont triplé pour s’établir à 728 millions de francs.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.