Passer au contenu principal

Offre d’emploiLe HRC cherche son nouveau directeur

Alors que l’ex-patron du CHUV assure l’intérim, les candidatures sont ouvertes jusqu’au 13 novembre pour diriger l’Hôpital intercantonal de Rennaz, deux cliniques et deux permanences.

l’Hôpital Riviera-Chablais (HRC).
l’Hôpital Riviera-Chablais (HRC).
Keystone

«Des compétences interpersonnelles avérées d’écoute, de communication et de négociation.» Cette aptitude n’arrive qu’à l’avant-dernière place dans l’offre d’emploi qui vient de paraître pour le poste de «directrice générale ou directeur général» de l’Hôpital Riviera-Chablais (HRC).

Cette exigence est pourtant cruciale: après des problèmes de démissions de médecins et de burn-out, c’est en dernier lieu en raison du dialogue rompu avec le personnel que l’ancien directeur a dû rendre son tablier fin mai. Quelques jours auparavant, les syndicats avaient en effet appelé à «un renouvellement immédiat de la direction», arguant que toute discussion avec cette dernière était impossible, pendant de longs mois «au prétexte du déménagement, ensuite pour le post-déménagement, puis pour la crise sanitaire et maintenant (ndlr: en mai) en raison du programme d’économies».

Les postulations sont ouvertes jusqu’au 13 novembre pour le poste de directeur de l’Hôpital Riviera-Chablais, à la tête non seulement du flambant neuf établissement intercantonal de Rennaz mais également de deux cliniques et de deux permanences.
DR
Les postulations sont ouvertes jusqu’au 13 novembre pour le poste de directeur de l’Hôpital Riviera-Chablais, à la tête non seulement du flambant neuf établissement intercantonal de Rennaz mais également de deux cliniques et de deux permanences.

Ce dernier a été annoncé après que l’hôpital a dévoilé un déficit de 18 millions pour son exercice 2019, un trou trois fois plus élevé que prévu, qui avait été caché aux députés («24 heures» du 25 mai) et qui avait déclenché des audits commandés par le Conseil d’État.

En plus de l’Hôpital intercantonal de Rennaz, le futur directeur sera à la tête de deux cliniques de gériatrie et de réadaptation, ainsi que de deux permanences médicales à Monthey et à Vevey.

Les postulations sont ouvertes jusqu’au 13 novembre pour une entrée en fonctions «dès que possible». Ex-patron du CHUV qui assure l’intérim, Pierre-François Leyvraz (71 ans à la fin de l’année) a annoncé dès le départ qu’il n’exercerait pas plus d’une année.

Articles en relation