Passer au contenu principal

L’esprit des parcsLe jardin instinctif, une rêverie au bout du lac

Au cœur des Grangettes, à Noville, Gérard Bonnet sculpte son jardin à l’émotion pour son plaisir et celui des visiteurs.

Romain Michaud

Les chants mélodieux des oiseaux, le clapotement du Léman et les premiers rayons du soleil tirent doucement le jardin instinctif de ses songes matinaux. Niché au bord de l’eau, à un jet de pierre de la réserve naturelle des Grangettes, à Noville, ce lieu unique est sculpté depuis vingt ans par son créateur, Gérard Bonnet. L’homme aux 74 printemps bine, taille et modèle en fonction de ses émotions et de son humeur ce petit coin de paradis pour son plaisir et celui des visiteurs.

«Ce jardin était destiné à être ouvert au public, mais moi je ne le savais pas à l’époque»

Gérard Bonnet

Souvent, les promeneurs tombent par hasard sur ce parc qui jouxte un sentier pédestre de la réserve. Empli de fantaisie, le lieu attire les badauds, qui déambulent en rêvassant sur les chemins de pierres cabossés au milieu des fleurs, des arbustes, des constructions et des sculptures chimériques. «Il m’a semblé intéressant de mettre en scène ce jardin. Je crée des installations avec des matériaux de récupération comme le bois flotté ou la ferraille rouillée. Je trouve que ce sont deux éléments qui s’accordent très bien avec le vert des feuillages», explique Gérard Bonnet.

Ici, chaque virage est une découverte, chaque passage unique. Nos sens s’évadent sur la forme d’un noisetier, le mouvement d’un lézard sur un tube rouillé ou sur les couleurs et l’odeur enivrante d’une rose. Un lieu qu’apprécient Cécile et Werner, un couple de Fribourgeois. «Nous savons que nous sommes toujours les bienvenus. C’est un endroit magnifique. On sent que le propriétaire y met toute son âme. Cela donne envie de s’y poser pour lire de beaux livres et écrire de la poésie», glisse l’habitante de Treyvaux.

L’ouragan «Lothar»

L’histoire de ce jardin prend racine il y a vingt ans. L’ouragan Lothar dévaste une partie de la forêt qui borde la bâtisse de Gérard Bonnet. Des dizaines d’arbres encombrent le sol sur l’emplacement actuel du jardin. «L’endroit ne ressemblait pas à ça, livre Gérard Bonnet. C’était un lieu charmant, mais totalement humide et sans lumière.» Après la tempête, l’habitant du hameau des Grangettes débarrasse l’espace et crée ce jardin en autodidacte. Il ne l’ouvrira au public que dix ans plus tard, suite à l’intérêt toujours plus important des promeneurs.

Gérard Bonnet a créé ce jardin en autodidacte en 1999 après «Lothar».
Gérard Bonnet a créé ce jardin en autodidacte en 1999 après «Lothar».
Jean-Paul Guinnard
Le jardin est niché au bord de l’eau, à un jet de pierre de la réserve naturelle des Grangettes.
Le jardin est niché au bord de l’eau, à un jet de pierre de la réserve naturelle des Grangettes.
Jean-Paul Guinnard
De nombreuses sculptures fantaisistes ornent le jardin.
De nombreuses sculptures fantaisistes ornent le jardin.
Jean-Paul Guinnard
1 / 13

Aujourd’hui, il accueille et conseille, avec un plaisir non dissimulé, les nombreux visiteurs. Ces derniers peuvent même, en s’annonçant, pique-niquer près du sinueux ponton construit au milieu des roseaux. «C’est mon premier jardin et il n’y en aura pas d’autre. Il était destiné à être ouvert au public, mais moi je ne le savais pas à l’époque. Je l’ai fait pour moi et je continue de le faire pour moi», sourit l’ancien photographe.

Roses et hortensias

«Nous devions aller dans la vallée des roses au Maroc avec un groupe d’amies. Avec la pandémie, nous n’avons pas pu partir. Nous avons donc décidé de venir voir les magnifiques roses de ce jardin, car cela vaut tous les voyages du monde», raconte Antoinette Buchet. Ce jardin est un lieu de pèlerinage pour les amateurs de belles fleurs, puisqu’il compte une multitude de rosiers anciens et d’hortensias aux couleurs et aux odeurs toutes plus enivrantes. En revanche aucune étiquette n’est posée au pied des arbustes. Un choix assumé par son concepteur. «Ce n’est pas un espace didactique, les gens ne doivent pas venir vérifier leurs connaissances. L’objectif est que le visiteur se laisse aller, se laisse porter et voyage dans ce jardin.»

Jardin instinctif: ouvert du lever au coucher du soleil. Renseignements: 079 471 91 11.