Passer au contenu principal

SantéLe jeûne de dopamine, ou comment réapprendre à se concentrer

Limiter les stimuli qui nous assaillent pour améliorer notre attention et renouer avec les activités que nous aimons vraiment? L’idée est attrayante mais à ne pas appliquer à la lettre.

De la musique dans les oreilles, un œil sur son smartphone et l’autre sur sa tablette… cette suractivité du cerveau, attisée par des outils censés nous faciliter l’existence et apporter du plaisir, est source de stress.
De la musique dans les oreilles, un œil sur son smartphone et l’autre sur sa tablette… cette suractivité du cerveau, attisée par des outils censés nous faciliter l’existence et apporter du plaisir, est source de stress.
Getty Images/Maskot

Smartphone dans une main, croissant dans l’autre, nous déambulons dans le hall de la gare, à la recherche de notre train. Les écouteurs enfoncés dans nos oreilles tentent d’attirer notre attention sur le podcast enclenché cinq minutes plus tôt, alors que nous consultons frénétiquement notre montre connectée en essayant d’acheter notre billet en ligne… Happés par ces flots incessants d’informations et de stimuli, nous ne connaissons plus vraiment l’ennui, ce concept désuet issu d’une autre ère. Résultat? Notre cerveau semble être sur le point d’exploser.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.