Passer au contenu principal

Essai HyundaiLe Kona électrique peaufine son avenir

Expérience à bord de la première version de ce SUV compact qui va subir ces prochaines semaines de nombreuses améliorations.

Le Hyundai Kona dans sa robe actuelle ci-dessus et avec ses futurs nouveaux atours ci-dessous. 
Le Hyundai Kona dans sa robe actuelle ci-dessus et avec ses futurs nouveaux atours ci-dessous. 
HYUNDAI

Sa robe va subir d’importantes modifications, mais son cœur reste fidèle. Le Hyundai Kona électrique conservera dans sa future déclinaison son moteur développant 204 ​ch grâce à des batteries d’une capacité de 64 ​kWh assurant une puissance de sortie de 170 ​kW.

Son couple de 395 ​Nm disponible sur toute la plage d’utilisation offre des réactions véloces. Les performances restent identiques, l’accélération de 0 à 100 ​km/h s’affichant à 7,9 ​secondes.

Installons-nous donc dans la première mouture de ce SUV compact caractérisé par un museau arrondi très particulier. Il répond à toutes les exigences d’un utilisateur désirant un véhicule électrique à l’autonomie suffisamment importante pour parcourir une distance lui permettant, par exemple, de quitter son canton pour une escapade.

Ce Kona annonce un rayon d’action de 484 ​km. Ce sera aussi le cas de la prochaine déclinaison, promise dans quelques semaines. Ce chiffre correspond aux normes WLTP. Il ne faut donc pas s’y fier et tester soi-même les capacités du SUV en fonction de sa manière de conduire et du profil des trajets empruntés.

Lors de cet essai, notre autonomie réelle fut de 430 ​km, ce qui est déjà très confortable. Pour atteindre ce résultat, il est évident que l’usage quasi permanent du freinage régénératif est indispensable.

Grâce aux palettes au volant, on peut choisir trois positions, de 1 à 3, cette dernière étant la plus efficace. Certes, les réactions du Kona peuvent décontenancer. Car il ralentit fortement dès qu’on lève le pied de l’accélérateur.

Cela implique de s’adapter à un type de conduite inhabituel. Il faut s’assagir au volant, déstresser, se laisser guider par cette technologie. Ce qui ne vous empêche pas, en vous libérant de ces contraintes, de vous offrir des accélérations brutales, bien utiles pour les dépassements. Mais dans ces conditions, il ne faut pas s’étonner de voir la jauge de la batterie baisser rapidement.

Lorsque ce Kona électrique est apprivoisé, qu’on obtient un équilibre parfait entre un rendement efficace et une économie substantielle d’énergie, on est convaincu par le silence de fonctionnement, par le confort plutôt douillet des suspensions, par son comportement très agile, en particulier dans les méandres des vallées valaisannes, et par une habitabilité correcte même aux places arrière. Certes le coffre pourrait offrir un volume un peu supérieur, mais ne chipotons pas.

La future version du Kona électrique, outre une ligne revue et corrigée (voir les photos), annonce de nombreuses améliorations. Un tableau de bord revisité, un contrôle des recharges par smartphone et un équipement plus riche, en particulier dans le domaine des systèmes de sécurité.