Passer au contenu principal

Victoire à AmbriLe Lausanne HC aurait pu rentrer bredouille

D’abord inefficaces, ensuite indisciplinés, les Lions ont égalisé à la 57e avant de passer l’épaule en prolongation, mardi soir en Léventine.

Christoph Bertschy a inscrit le but de la victoire, mardi soir à Ambri. Un soulagement pour celui qui n’avait pas marqué depuis la première journée du championnat.
Christoph Bertschy a inscrit le but de la victoire, mardi soir à Ambri. Un soulagement pour celui qui n’avait pas marqué depuis la première journée du championnat.
KEYSTONE

On ne peut pas reprocher à Craig MacTavish de ne pas faire marcher la concurrence. Après avoir laissé Conacher à la maison vendredi dernier, le coach ontarien en a fait de même avec Bozon, mardi. Exit donc l’attaquant français (0 point en 6 matches) et place à Antonietti, dans l’espoir de redynamiser le troisième trio.

Conacher, lui, était à nouveau surnuméraire. Les soucis privés qui l’avaient empêché de participer à l’entraînement de lundi étant selon John Fust réglés, le Canadien sera toutefois à disposition du staff technique lausannois dès mercredi. Et donc en course pour un retour au jeu vendredi à la Vaudoise aréna face à Ambri.

Car si les trois attaquants étrangers alignés depuis vendredi passé avaient donné raison à leur coach à Zoug en marquant tous les trois (dans l’ordre Emmerton, Gibbons et Hudon), ils ont longtemps été trop discrets, mardi en Léventine (2 assists au final, à la 57e et à la 63e). A vrai dire, les Lions ont globalement manqué de mordant devant. A l’image d’un premier tiers marqué par 21 tirs cadrés vaudois mais trop peu de pression sur le gardien adverse.

Le doublé pour Malgin

D’abord inefficace, ensuite indiscipliné, le LHC aurait pu repartir de la Valascia sans inscrire le moindre point. Ses multiples pénalités (7x2’ entre la 21e et la 60e) lui ont en tout cas coûté cher, même si la situation de 5 contre 3 à l’origine de l’ouverture du score d’Ambri n’aurait pas dû exister en raison d’une erreur d’arbitrage (28e). Nättinen a peut-être cru avoir fait le plus dur derrière une double punition écopée par Malgin (55e 2-1). Mais ce même Malgin, déjà auteur du 1-1 en infériorité numérique (32e), est allé se racheter en quittant le banc des pénalités (57e).

Au final, Lausanne a forcé la décision en prolongation, avec un homme de plus sur la glace et par l’intermédiaire d’un Bertschy (63e) qui cherchait ce but depuis la 1re journée. Positif, mais un peu poussif.