Passer au contenu principal

Fausse «première» à la TuilièreLe Lausanne-Sport a découvert son nouveau joyau

Quinze jours avant d’ouvrir officiellement son stade contre YB, les Vaudois y ont disputé un match amical contre Xamax, vendredi.

Les joueurs du LS ont foulé pour la toute première fois la pelouse de leur nouvelle enceinte, vendredi.
Les joueurs du LS ont foulé pour la toute première fois la pelouse de leur nouvelle enceinte, vendredi.
Pascal Muller/Lausanne-Sport

Il y a une semaine, le Lausanne-Sport avait tourné définitivement le dos à la Pontaise sur une triste défaite contre Lugano dans un lugubre huis clos nocturne. Vendredi, en fin de matinée, à défaut de spectateurs il y avait au moins quelques rayons de soleil pour saluer l’ouverture non officielle de son nouveau stade de la Tuilière. Et une victoire pour étrenner une complicité que chacun espère tout aussi longue mais plus riche de succès.

Initialement prévu au Centre sportif, le match amical entre le LS et Xamax a été déplacé dans la nouvelle enceinte lausannoise. «Comme la répétition générale, prévue ce samedi 14 entre le Team Vaud M21 et Échallens, a dû être reportée pour les raisons que l’on sait, explique Vincent Steinmann, nous avons décidé de tester la pelouse contre Xamax.»

Une première qui a enchanté tous les acteurs de ce derby. À commencer par Stjepan Kukuruzovic. «Ce stade est tout simplement magnifique, senthousiasme le capitaine lausannois. Même s’il n’y avait personne, on sent que l’atmosphère va y être très différente qu’à la Pontaise. Mon premier feeling est vraiment super!»

«Ce stade est tout simplement magnifique. Même s’il n’y avait personne, on sent que l’atmosphère va y être très différente qu’à la Pontaise. Mon premier feeling est vraiment super!»

Stjepan Kukuruzovic, capitaine du LS

Qui dit nouveau stade dit aussi nouvelle pelouse. Celle, synthétique, choisie par Ineos semble également faire l’unanimité. «Elle est différente de celle sur laquelle nous nous sommes entraînés ces derniers temps, continue le capitaine lausannois. Mais elle est d’excellente qualité et je suis sûr qu’après quelques entraînements, nous l’aurons parfaitement apprivoisée. Pour comparer, je dirais qu’elle ressemble beaucoup plus à celle du Wankdorf qu’à celle de Wil par exemple.»

Bons débuts de Zohouri

Voilà pour le contenant. Pour ce qui concerne le contenu, Giorgio Contini peut aussi se montrer satisfait de la prestation de son équipe. Après une première mi-temps un brin poussive où Aldin Turkes a touché du bois (19e) avant d’arriver une fraction de seconde en retard sur deux bons centres de Zekhnini (21e et 36e), le LS a fait la différence en douze minutes grâce à Kukuruzovic. Le capitaine lausannois a d’abord adressé une passe millimétrée à Zohouri sur l’ouverture du score (55e), puis s’est chargé en personne de doubler la mise sur une belle frappe de vingt mètres (67e).

Armel Zohouri a réussi des débuts très convaincants avec le LS.
Armel Zohouri a réussi des débuts très convaincants avec le LS.
Pascal Muller/Lausanne-Sport

Parmi les bonnes surprises de la journée, la performance d’Armel Zohouri est à souligner. Entré à la pause pour Boranijasevic, le jeune Ivoirien (19 ans) a réussi des débuts plus qu’encourageants. Tonique, explosif et costaud, il a aussi plu par cette audace qui lui a permis de marquer peu après son entrée en jeu. «Oui, convient Giorgio Contini, Zohouri a rendu une bonne copie pour son premier match. Offensivement surtout. Sur le plan défensif en revanche, il a encore une bonne marge de progression. Mais il m’a prouvé qu’il peut d’ores et déjà être une alternative à Boranijasevic.»

Un atout de plus qui ne sera pas superflu au moment où le LS s’apprête à vivre, dès dimanche 22, deux semaines anglaises consécutives. «Avec six matches en quinze jours, j’aurai besoin de tout le monde», prévient Contini.

5 commentaires
    Point de vue

    Dans les années 60 on avait non seulement de l’ambition mais on avait encore le souci du geste architectural. Partant de cette vérité il faut sans hésiter classer le stade olympique en note 1 et renoncer à sa démolition. Quant à la Tuilière un stade dans l’ère du temps mais malheureusement sous dimensionné ceci par incompétence et manque de vision des autorités en place. A terme il faudra l’agrandir ou le démolir pour l’adapter à la vraie réalité des besoins de la région naturellement tout ça aux frais des contribuables.