Passer au contenu principal

Hockey sur glaceLe LHC a donné un bon de sortie à son capitaine

Etienne Froidevaux, qui a perdu sa place de titulaire chez les Lions, a été autorisé à discuter avec d’autres clubs dans l’optique d’un départ.

Etienne Froidevaux est un Lion depuis l’été 2013.
Etienne Froidevaux est un Lion depuis l’été 2013.
KEYSTONE

Etienne Froidevaux ne devrait pas figurer dans l’alignement du Lausanne HC, ce vendredi soir à Fribourg, à l’occasion du dernier test des Lions avant la reprise du championnat, agendée à jeudi prochain. Dans la matinée, le joueur de centre a griffé la glace de la Vaudoise aréna en compagnie d’Inaki Baragano (Kamloops Blazers/WHL), de Victor Oejdemark, d’Emilijus Krakauskas, de Mauro Jörg et de Floran Douay (retour de blessure). Et cela, avant la séance allégée a priori dévolue aux titulaires du soir.

«Nous lui avons donné l’autorisation de discuter avec d’autres clubs si la situation ne lui convenait pas.»

Petr Svoboda, directeur des opérations hockey du LHC

Une répétition générale sans capitaine? Étonnant. Présent dans les tribunes lors de l’entraînement, le directeur des opérations hockey du LHC, Petr Svoboda, nous a expliqué qu’il s’agissait d’un «choix du staff technique». Relancé sur l'existence éventuelle d’un problème avec Etienne Froidevaux, le Tchèque a concédé: «Nous avons eu une discussion avec lui et nous lui avons dit qu’à l’heure actuelle nous ne pouvions pas lui garantir une place fixe dans l’alignement. Rien n’est décidé ni figé. Mais nous lui avons donné l’autorisation de discuter avec d’autres clubs si la situation ne lui convenait pas.» Un bon de sortie, en quelque sorte.

Interrogé à sa sortie de la glace, Etienne Froidevaux nous a confirmé la version de Petr Svoboda. Sans toutefois se projeter ailleurs. «Je suis quelqu’un de patient. Je vais attendre ma chance de réintégrer l’alignement, tout faire pour l’obtenir et la saisir lorsqu’elle arrivera.»

Au club depuis 2013

Le No 40, dont le contrat court jusqu’au printemps 2021, n’est pas encore parti. Mais le signal envoyé par le LHC à son encontre est plutôt négatif. «Eti», certes sur la pente descendante depuis deux ans (8 points en 2018-2019, 5 points en 2019-2020), ne semble pas faire partie des plans lausannois cette saison. Peu importent son statut de capitaine et son rôle dans l’évolution du club depuis son retour dans l’élite en 2013.