Passer au contenu principal

Genève victorieux à LausanneLe LHC doit faire face à sa première zone rouge

Samedi, le LHC a perdu son quatrième match de suite. Face à Ge/Servette, les Lions ont livré une partition bien connue.

Tobias Stephan a dû s’avouer vaincu en prolongation sur un essai de Noah Rod.
Tobias Stephan a dû s’avouer vaincu en prolongation sur un essai de Noah Rod.
KEYSTONE

Balayons immédiatement une thématique. Oui, Lausanne disputait face aux Aigles son quatrième match en cinq jours. Mais aucun joueur du LHC n’a souhaité s’appuyer sur cette béquille au moment d’expliquer ce quatrième revers en autant de sorties. Et à les voir patiner avec aisance durant quarante minutes, l’excuse n’aurait de toute façon pas sonné juste. Non, les Lions étaient étonnamment bien en jambes malgré la répétition des efforts. «J’étais le premier surpris, a admis Tim Bozon. Nous étions la meilleure équipe durant un bon bout du match.»

Comment dès lors expliquer cette fin de soirée cauchemardesque? Une indiscipline contagieuse et une frustration non moins virale sont deux pistes de réflexion. L’égalisation de Linus Omark (46e, 2-2) a été inscrite en double supériorité numérique. Après une pénalité mineure infligée à Aurélien Marti, le banc lausannois a été puni pour s’être plaint de manière trop virulente. «Qu’on arrête de parler, s’énerve Tim Bozon. Nous menions 2-1, tout allait bien pour nous et puis on parle, on parle, on parle. Qu’on ferme notre gueule et qu’on joue au hockey.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.