Passer au contenu principal

Défaite contre ZurichLe LHC est redescendu de son petit nuage

Lausanne a bouclé sa semaine comme il l’avait commencée, vendredi soir face à Zurich (2-4). En étant dominé sans être largué.

Les Lions n’ont pris que deux points sur neuf possibles, cette semaine.
Les Lions n’ont pris que deux points sur neuf possibles, cette semaine.
KEYSTONE

Cette semaine devait nous permettre de mieux situer le Lausanne HC. Zoug deux fois puis Zurich: quoi de plus significatifs, comme tests, face aux deux grands favoris du championnat? Au final, les Lions n’ont engrangé que deux points sur neuf possibles. Le bilan n’a rien d’alarmant. Ajouté aux deux défaites concédées au début du mois contre Ge/Servette (une autre grosse équipe), il vient toutefois décrocher la bande de Craig MacTavish de son petit nuage.

Vendredi soir, le LHC a perdu le contact avec Zurich en se faisant piéger à deux reprises de la même manière - dans l’axe et dans le dos des paires Genazzi-Barberio (1re Krüger 0-1) et Grossmann-Marti (22e Sutter 1-2) -, puis en voyant Barberio écoper d’une pénalité inutile (31e Pettersson 1-3). Le capitaine vaudois a du reste bien moins baronné qu’à l'accoutumée. A l’instar d’un trio de parade (Gibbons-Malgin-Hudon) qui a peiné à se montrer dominant.

«Nous n’étions pas à 100% et cela n’a pas fonctionné»

Denis Malgin

Les hommes forts du LHC ont parfois donné l’impression de se perdre dans les provocations zurichoises, ou du moins de perdre leur sang-froid, en première partie de soirée surtout. «Nous n’étions pas à 100% et cela n’a pas fonctionné», a résumé Denis Malgin. Les Lausannois ont-ils payé leur calendrier du moment et souffert physiquement? «On n’a joué qu’une fois la semaine passée, puis à trois reprises en quatre jours cette semaine. Ce n’est pas évident de trouver le rythme et, dans ces conditions, les pénalités n’aident pas, a répondu Aurélien Marti. On doit être un peu plus intelligents dans ces matches compliqués, apprendre à être moins frustrés lorsque l’on est menés.»

Vendredi, les Lions n’ont pas baissé les armes pour autant. Comme contre Zoug, ils ont poussé pour tenter de revenir dans la partie. Mais ils ont longtemps paru trop légers pour déstabiliser ce très solide Zurich, à égalité numérique du moins. Et comme il a fallu attendre la fin de rencontre pour obtenir des situations spéciales, le power play synonyme de réduction du score est - contrairement à mercredi - arrivé tard (58e Gibbons 2-3).

«On a montré de belles choses dans le jeu et dans l’état d’esprit»

Aurélien Marti, défenseur du LHC

En alignant Jäger au centre du deuxième trio et Emmerton au sein de la quatrième triplette, MacTavish cherche-t-il à répartir ses forces? Toujours est-il que le LHC a manqué d’impact durant deux tiers (24 tirs cadrés à 13 pour le Z, sans compter les 22 shoots bloqués par les Lausannois). Et qu’au final il a bouclé sa semaine comme il l’avait commencée: en étant dominé sans être largué. «On a montré de belles choses dans le jeu et dans l’état d’esprit, a conclu Marti. A nous de rectifier certains détails qui se paient cash face à ce genre d’adversaires.»

Lausanne - Zurich 2-4 (1-1 0-2 1-1)

Vaudoise aréna, huis clos.

Arbitres: MM. Dipietro, Nikolic; Progin et Duarte.

Buts: 1re Krüger (Geering, Morant) 0-1. 15e Bozon (Douay) 1-1. 23e Suter (Hollenstein) 1-2. 32e Pettersson (Noreau, Roe/5 c 4) 1-3. 58e Gibbons (Malgin/5 c 4) 2-3. 60e Andrighetto 2-4 (cage vide).

Lausanne: Stephan; Heldner, Frick; Genazzi, Barberio; Grossmann, A.Marti; Krueger; Bertschy, Jäger, Kenins; Gibbons, Malgin, Hudson; Leone, Jooris, Almond; Bozon, Emmerton, Douay; Antonietti. Entraîneur: MacTavish.

Zurich: Waeber; Noreau, C.Marti; Morant, Geering; P.Baltisberger, Berni; Capaul; C.Baltisberger, Roe, Andrighetto; Pettersson, Krueger, Sigrist; Pedretti, Prassl, Wick; Bodenmann, Suter, Hollenstein. Entraîneur: Grönborg.

Notes: Lausanne sans Maillard (blessé), Schneeberger, Froidevaux (surnuméraires) ni Conacher (étranger surnuméraire), Zurich sans Rossi, Diem (absents), Blindenbacher (blessé), Flüeler ni Trutmann (malades). Coach challenge infructueux de Lausanne (1re). Lausanne sans gardien de 57’31’’ à 57’56’’ puis de 59’03’’ à la fin du match.

Pénalités: 5 x 2’, 1 x 10’ (Genazzi) contre Lausanne, 4 x 2’ contre Zurich.