Passer au contenu principal

1000 spectateurs jusqu’en mars?Le LHC tire la sonnette d’alarme

Le club vaudois a révélé mardi que deux propositions circuleraient en termes de fréquentation des stades en Suisse en vue de la prochaine saison. L’une d’elles est tout simplement «invivable».

Les dirigeants lausannois avaient convoqué la presse, mardi après-midi à la Vaudoise aréna.
Les dirigeants lausannois avaient convoqué la presse, mardi après-midi à la Vaudoise aréna.
KEYSTONE

Le Lausanne HC avait convoqué la presse, mardi après-midi. L’idée? Faire passer un message, là où les incertitudes sont encore nombreuses quant au déroulement de la prochaine saison, censée démarrer le 18 septembre. Les craintes sont réelles. Avec, apparemment, des éventualités «invivables» en termes d’accueil de spectateurs. Pour le LHC mais pas seulement.

Président du conseil d’administration du club vaudois, Patrick de Preux a tenu à tirer la sonnette d’alarme. «Actuellement, deux propositions étudiées par le Conseil fédéral et les cantons circulent, a-t-il révélé. La première fait état d’une limitation nationale à 1000 personnes jusqu’au 31 mars 2021 pour toutes les manifestations sportives et les spectacles. La seconde permettrait des adaptations réglées par les cantons. Autant vous dire que la première est impossible pour nous. Si c’est ça, la messe est dite. Financièrement, on ne pourrait pas vivre avec notre masse salariale et notre organisation dans ces conditions.»

«Notre patinoire se prête bien à la distanciation sociale, pour les matches comme pour les spectacles»

Patrick de Preux, président du conseil d’administration du LHC

Lausanne veut travailler avec les autorités cantonales. «Il est possible de gérer la Vaudoise aréna de telle sorte que plusieurs groupes de personnes puissent y avoir accès dans des zones différentes, en respectant les mesures sanitaires, a continué le dirigeant. Notre patinoire se prête bien à la distanciation sociale, pour les matches comme pour les spectacles. Nous n’avons pas encore fait de calculs en termes de jauge, mais on peut cloisonner, mettre en place un traçage, rendre obligatoire le port du masque… Cette solution est réalisable. Selon nous, il faudrait du reste l’uniformiser pour l’ensemble de la Ligue.»

Le 12 août dans les agendas

Qu’en pensent les autres clubs, justement? «Jusqu’ici, nous avons eu peu de discussions avec eux, a répondu Sacha Weibel. Il y a encore trop d’incertitudes.» La date du 18 septembre est-elle toujours d’actualité? «Oui, elle l’est, affirme le CEO lausannois. Mais on en saura davantage mi-août.» Soit lorsque la pause estivale du Conseil fédéral sera terminée (12 août). «En attendant, mieux vaut être proactif», a ajouté Patrick de Preux.

«Nous avons pu clôturer l’exercice précédent. Désormais, nous sommes tournés vers l’avenir et nous espérons la meilleure des solutions»

Sacha Weibel, CEO du LHC

Le LHC avait un message à faire passer. Et des remerciements à transmettre, après la très difficile fin de saison 2019-2020. «Tout le monde a joué le jeu et compris la situation. Nos supporters et nos partenaires ont été magnifiques, a conclu Sacha Weibel. Nous les remercions, comme nous remercions Gregory Finger et Zdenek Bakala, nos propriétaires, qui nous ont aidé à absorber les dommages engendrés (ndlr: on parle de plusieurs millions de francs en incluant le domaine du spectacle). Nous avons pu clôturer l’exercice précédent. Désormais, nous sommes tournés vers l’avenir et nous espérons la meilleure des solutions en termes de fréquentation.»

Le Lausanne HC est loin d’être le seul club de hockey dans ce cas. Ni le seul organisateur de manifestation sportive ou de spectacle à trembler.