Passer au contenu principal

Établissements publics communauxLe Marché ouvrira pour l’été, La Vente en hiver

Pour redonner vie à ses deux bistrots actuellement fermés, Payerne envisage des transformations pour un crédit global de 955’000 francs.

Suite au départ de son tenancier Fabrice Bersier, la pinte communale La Vente a fermé ses portes mi-mars.
Suite au départ de son tenancier Fabrice Bersier, la pinte communale La Vente a fermé ses portes mi-mars.
JEAN-PAUL GUINNARD

Changement de stratégie à Payerne. Alors que la Ville pensait investir massivement dans le Café du Marché, le retrait du préavis municipal sur la question couplé au départ de Fabrice Bersier, tenancier de la pinte communale La Vente depuis 20 ans, incite la Municipalité à revoir sa feuille de route. Selon un préavis dévoilé mardi, elle sollicite un crédit de 955’000 francs pour faire revivre les deux enseignes, avec désormais une rénovation de La Vente et des transformations légères au Marché.

«L’idée est d’ouvrir le Café du Marché tel qu’il se présente actuellement en juillet, août et septembre»

Julien Mora, municipal en charge des Bâtiments

«L’idée est d’ouvrir le Café du Marché tel qu’il se présente actuellement en juillet, août et septembre, sous une exploitation communale. Cela permettrait d’avoir un point de chute pour l’ouverture de l’abbatiale et le retour du marché du samedi. En cas d’accord du Conseil communal sur le crédit, les travaux pourraient avoir lieu sur l’automne pour une réouverture des deux sites en décembre», a présenté Julien Mora, municipal en charge des Bâtiments. Des appels d’offres pour trouver des tenanciers seront lancés ces prochains jours.

Bistronomie à La Vente

Suite au retrait du préavis, un groupe de travail extraparlementaire avait été mis sur pied par la Commune pour étudier l’avenir du Café du Marché. Trois scénarios ont été étudiés, soit reprendre le projet retiré par la Municipalité, réaménager le Café sans extension dans tout le bâtiment ou une transformation légère et provisoire. Cette troisième piste a été retenue, du fait de la libération de La Vente.

Sur le montant demandé, qui comprend 120’000 francs d’études préliminaires, la pinte communale sera rafraîchie pour 675’000 francs, sans toutefois ramener la cuisine du sous-sol au rez-de-chaussée. «Cette transformation aurait multiplié par quatre le coût des travaux», précise le municipal. Passant de 90 à 75 places, l’établissement restera tourné vers une offre de bistronomie/brasserie, mais dans un nouveau décor. Réfection du monte-charge, rénovation des sanitaires, travaux d’électricité ou de ventilation sont encore au menu.

Le Marché, un lieu branché

Au Café du Marché, l’addition se monte à 160’000 francs pour l’extension du bar avec une cuisine basique et l’agrandissement à 40 places, en utilisant l’ancienne surface de l’Office du tourisme. «L’idée est d’en faire un lieu branché avec petite restauration, comme un bar à tapas ou à vin», a glissé Julien Mora. L’assiette de charcuterie payernoise serait aussi la bienvenue.