Épisode 3, cinq jours avant l’alunissage

Comme en 1969 (3/7)16 juillet 1969, Cap Kennedy, un dernier petit-déjeuner terrestre. Notre feuilleton sur les 50 ans des premiers pas sur la lune.

La Une de la «Tribune de Lausanne» du 16 juillet 1969

La Une de la «Tribune de Lausanne» du 16 juillet 1969

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Une précision absolue, une émotion justifiée». C’est par ces titres que La Tribune de Lausanne résumera cette journée du 16 juillet 1969. Ce matin-là, à 9h32 heures locales (14h32 heures en Suisse), la fusée Saturne 5 décolle de Cap Kennedy (l’actuel Cap Canaveral). «Je ne sais pas comment j’ai fait pour ne pas pleurer. Peut-être parce que trop de gens pleuraient autour de moi. La plupart avaient déjà vu des hommes partir pour l’espace. La plupart avaient déjà vu décoller la monstrueuse et majestueuse Saturne 5. Ils avaient senti le sol vibrer sous leurs pieds. Ils avaient senti leur poitrine trembler. Ils n'avaient pas pleuré. Mais hier, ils n'ont pas pu se retenir», câble Jacques Tiziou, l’envoyé spécial à Cap Kennedy de La Tribune de Lausanne, l’ancêtre du Matin Dimanche.

Photo: Getty

Pour les astronautes, la journée a commencé par une visite médicale, dès 5h du matin, suivie d’un dernier petit-déjeuner terrien. Au menu, jus d’orange, beefsteack, œufs brouillés et café dans de grandes tasses. Il y avait avec eux le directeur des opérations en vol Donald Slayton, et aussi William Anders, un collègue astronaute, qui faisait partie de l’équipe et qui peut être mobilisé en cas de défaillance d’Armstrong, d’Aldrin ou de Collins. Il est venu pour rien. Les médecins ont trouvé que l’équipe «se porte comme un charme», et Anders ne partira jamais pour la Lune. Il restera dans l’histoire comme le photographe de la mission Apollo 8, celui qui a montré à quoi ressemblait un lever de Terre vu depuis la Lune, et qui a profondément changé notre vision de la Planète bleue.

Après une très longue attente pour les trois astronautes, la fusée géante Saturne 5 décolle enfin. Il est 9h32 à Cap Kennedy, 14h32 en Suisse. La fusée tremble sur sa base pendant 9 secondes avant de s’ébranler dans un océan de flammes. Presque à l’heure prévue. Le directeur des opérations de lancement, Rocco Petrone, précise un peu plus tard que le lancement a eu lieu avec un retard de 724 millièmes de secondes sur l’horaire prévu.

La fusée emporte trois astronautes à bord du «train lunaire», pour le voyage le plus fantastique de l’histoire de l’humanité. Onze minutes après son décollage, Apollo 11 était en orbite. Un peu plus tard, à 16h heure suisse, les astronautes mettent à feu le troisième étage de la fusée porteuse et foncent sur la Lune. A ce moment, alors que l’engin survole l’Australie, la vitesse du vaisseau spatial passe de 28'000 km/h à 32'900 kilomètres à l’heure.


Notre long format: Comment on a décroché la Lune


A 17h47, Apollo se sépare du troisième étage de la fusée. On entend un message en provenance d’Apollo 11: c’est «un voyage magnifique, un bon voyage», résume l’équipage. Ce message laconique est le premier commentaire accordé par les trois astronautes. Jusque-là, le commandant Armstrong, Aldrin et Collins se sont contentés d’échanger des informations techniques avec le centre spatial de Houston. A 20h32 (Suisse), la fusée se trouvait à 37'000 kilomètres de la Terre. On retiendra de la première partie de ce vol sans histoires, de routine dirait-on, la première interjection de Collins lorsque la protection thermique de son hublot fut enlevée: «La vue est belle!» Armstrong traduisit plus froidement pour le Centre de contrôle de Houston par un très sobre «Visuel go».

Pendant ce temps, sur Terre, le président des Etats-Unis, Richard Nixon, annonce que le 21 juillet sera un jour férié aux Etats-Unis, pour que tout le monde puisse profiter de l’événement qui s’annonce. La presse suisse (qui a délégué 11 journalistes à Cap Kennedy) rapporte que le décollage de Saturne 5 aurait été regardé par 60 millions de téléspectateurs autour du monde, sauf en URSS et en Chine.

Enfin, on enregistre les premières réactions des célébrités de l’époque. Hergé, le bédéiste et père de Tintin, enchaîne: «C’est à vous dégoûter de la science-fiction. J’ai posé Tintin et Milou en 1953 sur la Lune. A peine 16 ans plus tard, pan, ça devient vrai. Le génie précurseur de Jules Vernes, lui, a duré un siècle. Le progrès va trop vite, mais c’est merveilleux »

«J’ai peur qu’une fois surprise, la Lune par timidité s’éteigne, et, dès lors, manque dramatiquement aux amoureux et aux poètes» Maurice Chevalier

Demain, la journée du 17 juillet

La Une de la «Tribune de Lausanne» du 16 juillet 1969

Cliquez pour agrandir


Lire aussi: Épisode 1, sept jours avant l’alunissage

Lire aussi: Épisode 2, six jours avant l’alunissage


Cette semaine, nous revivons le compte à rebours qui va du décollage de la fusée «Saturne 5» au premier pas sur la Lune, comme les lecteurs suisses de 1969 ont pu suivre cette actu. Les informations, citations, reportages et anecdotes que vous trouvez ici ont été puisés dans les pages de la «Tribune de Lausanne», l’ancêtre du «Matin Dimanche». Un feuilleton en 7 épisodes, où l’on retrouvera souvent notre envoyé spécial d’alors, le journaliste aérospatial Jacques Tiziou, auteur d'«À l’assaut de la Lune» et décédé en 2017 à Washington. C’était l’un des rares francophones accrédités à cap Kennedy.

Vous retrouverez encore dans ce feuilleton une rubrique intitulée «Les autres mondes», toute l’actu qui est survenue à côté d’«Apollo 11», où l’on retrouve Joe Dassin et Pascal Couchepin, Eddy Merckx et Ted Kennedy. Bonne semaine lunaire! Jocelyn Rochat

Créé: 16.07.2019, 07h33

Insolite

Pendant ce temps-là, à Moscou, les téléspectateurs soviétiques en savent plus long sur la mission américaine que sur le vol de la mission russe «Luna 15». L’agence officielle Tass a transmis la nouvelle du départ d’«Apollo 11» quelques minutes après le décollage, et en a fait de même pour la mise sur orbite terrestre.

Dans la soirée, Tass diffusait une dépêche de 800 mots sur le programme d’«Apollo 11», soit quatre fois plus d’informations que le premier et unique communiqué relatif à «Luna 15». Et pourtant, la mission soviétique doit atteindre la Lune avant les Américains !?! Côté occidental, on estime que la mission soviétique consisterait à ramener des échantillons de sol lunaire. Au moment du décollage de Saturne 5, Luna 15 avait déjà parcouru les trois quarts de sa route vers la Lune. Le mystère demeure, le suspense aussi dans cette course à la Lune.

Dans les autres mondes…

C’est ce 16 juillet que tombe la nouvelle : la célèbre et très populaire émission de la télévision française, « Jeux sans frontière », se disputera pour la première fois en Suisse romande, plus précisément à Martigny, annonce la Tribune de Lausanne, l’ancêtre du Matin Dimanche. Le tournage est prévu pour le 6 août prochain. La ville met au point en ce moment l’organisation de cette rencontre, en collaboration avec la Télévision romande. Un comité a été nommé à cet effet, il est présidé par M. Pascal Couchepin. Cette émission permet aux villes organisatrices de se faire largement connaître par le petit écran. Les moyens techniques mis à disposition sont très importants.

Articles en relation

Épisode 2, six jours avant l’alunissage

Comme en 1969 (2/7) 15 juillet 1969, Cap Kennedy. Une soirée passée à boire des «Moon Landers», un nouveau cocktail. La suite de notre feuilleton sur les 50 ans des premiers pas sur la lune. Plus...

Épisode 1, sept jours avant l’alunissage

Comme en 1969 (1/7) 14 juillet 1969, cap Kennedy: «Nous sommes prêts à voler.» Un feuilleton sur les 50 ans des premiers pas sur la lune. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.