Le corps médical rejoint Extinction Rebellion

Plus de 500 activistes, dont des professionnels de la santé, ont bloqué durant six heures la rue Centrale, à Lausanne.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ils étaient une dizaine en début d’année à occuper les locaux du Credit Suisse, puis deux cents à couper la circulation sur le pont Chauderon en avril, deux cents encore en septembre sur le pont Bessières, et plus de cinq cents hier lors de l’action de désobéissance civile organisée par Extinction Rebellion (XR) à Lausanne. Objectif: l’inauguration de la «nouvelle zone piétonne» de la rue Centrale, en clair le blocage du trafic. Un acte dicté par l’urgence et la déception.

Urgence car, rappellent les activistes, l’ONU a annoncé que sans réduction de 7,6% des émissions de CO2 dès 2020, et ce chaque année jusqu’en 2030, la catastrophe climatique ne pourra plus être évitée. «Et 2020, c’est dans deux semaines…» lâche Étienne, un quinquagénaire inquiet mais résolu à faire tout son possible pour «enrayer le pire».

Lors de l'action d'Extinction Rebellion à Lausanne le samedi 14 décembre, les manifestants demandent que les instances politiques prennent des mesures immédiates au vu de l'urgence écologique et climatique. Photo: Keystone

Déception aussi, avec une COP 25 plus que tiède et une première session du parlement fédéral laissant un goût amer: «En faisant barrage à Regula Rytz pour le Conseil fédéral, et en rejetant l’initiative pour une Suisse sans pesticides de synthèse, le monde politique montre qu’il n’a rien compris», déplore un orateur, qui appelle de ses vœux «un tsunami vert».

La zone piétonne improvisée sur la rue Centrale constituait en fait un plan B, l’idée première étant de bloquer le trafic devant la place Saint-François. Mais dès le matin la police filtrait toutes les camionnettes se dirigeant vers ce point, et faisait des contrôles à la sortie des bus à la place Chauderon. L’action éclair de la rue Centrale a fonctionné, juste à temps.

Live pendant la manifestation d'Extinction Rebellion à Lausanne

«C’est toujours une course de vitesse entre eux et nous», sourit un membre de XR. La police a vite bloqué toute remontée possible vers la place Saint-François, et vers 11 h 15 une tentative de percée est venue se briser sur le cordon de policiers. Sans heurts, la règle de non-violence ayant rapidement circulé dans les rangs des manifestants. Chants de Noël détournés, notamment par le Prix Nobel de chimie Jacques Dubochet, spectacles et discours se sont succédé, entre les séances de «cris collectifs» et de longues pauses de silence absolu.

Les blouses blanches en force

En début d’après-midi, la sommation de lever le camp a suscité la création de plusieurs «tortues» – manifestants assis, dos courbés et, nouveauté, enchaînés les uns aux autres par les chevilles. Impossible pour la police d’évacuer quinze personnes attachées ensemble.

La police a bloqué les manifestants qui désiraient quitter la place centrale à Lausanne pour aller à la place Saint-François. Photo: Keystone

Deux «tortues» étaient constituées d’hommes et de femmes affublés de sautoirs blancs. Car, et c’est une grande première, une importante délégation du corps médical s’est associée au mouvement, tous métiers confondus, médecins, assistants, infirmiers et infirmières ou psychologues.

«L’OMS le dit, nous entrons dans la plus grande crise de santé publique, et elle est directement liée au réchauffement climatique», explique Valérie, médecin. Maladies respiratoires, décès dus aux canicules, déshydratation des nouveau-nés sont quelques-uns des premiers maux dont souffrent les populations occidentales.

Vidéo: Keystone

«Mais le pire se passe au sud, en Afrique notamment, avec les alternances d’inondations et de sécheresses, le retour de la malnutrition, autant d’effets directs de notre mode de vie qui réduisent à néant les progrès qui avaient été faits depuis des décennies», ajoute Thérèse, une pédiatre.

Les dégâts sont aussi psychiques, surenchérit une thérapeute: «L’anxiété augmente, souvent causée en partie par le sentiment qu’ont les gens d’une catastrophe imminente.»L’engagement s’inscrit dans la durée: une Alliance suisse des professionnels de la santé s’est constituée il y a quinze jours, et un appel conjoint avec l’Association des médecins en faveur de l’environnement a déjà été signé par plus de 600 personnes.

À la fin de l'action, les policiers ont déplacé les manifestants un à un. Photo: Keystone

Quant au mouvement «Doctors for XR», en soutien direct à Extinction Rebellion, il a vu le jour il y a quelques semaines.

À 16 h, les derniers manifestants enchaînés ont été emmenés au poste de police, qui a procédé à l’interpellation de 90 personnes, dont 5 mineurs. Une conséquence parfaitement assumée par ceux qui en avaient pris le risque: «La survie de l’humanité vaut bien quelques jours-amende», résume l’un d’eux.

Les policiers font partir les manifestants

Créé: 14.12.2019, 22h45

Une organisation codifiée et très efficace

Extinction Rebellion est un mouvement sans hiérarchie, donc sans chef, et pourtant tout s’organise à la perfection. Les tâches sont réparties entre divers groupes: l’un dédié aux médias, l’autre aux relations avec la police, un autre à la logistique, etc.

L’info circule par les réseaux sociaux, de cellule en cellule. Chaque cellule est composée d’une quinzaine de personnes, dont deux ou trois répondants qui interagissent avec les autres groupes. Au moindre changement de programme, les troupes en sont très vite avisées.

On parle aussi par signes, mains levées, doigts fermés, bras croisés. Lors du blocage d’un site, chacun a sa tâche: les «bloqueurs», proprement dit, ravitaillés par des «anges gardiens», tandis que les «gardiens de la paix» veillent à prévenir toute escalade entre manifestants et forces de l’ordre ou passants et automobilistes mécontents.

Le tout sous la surveillance d’«observateurs légaux», neutres, qui veillent à ce qu’il n’y ait aucun dérapage de quelque côté que ce soit.

Articles en relation

Les militants d'Extinction Rebellion évacués de force

Lausanne Plusieurs centaines d'activistes ont bloqué la rue Centrale à Lausanne samedi afin d'attirer l'attention sur l'urgence climatique. Plus...

Extinction Rebellion spraye les menhirs d'Yverdon

Yverdon-les-Bains La section locale du mouvement pro-climat a utilisé les menhirs de Clendy dimanche. Cinq d’entre eux portent encore des stigmates roses. Plus...

«Extinction Rébellion» a manifesté dans le calme devant le terminal des jets privés

Manifestation Le groupe de militants écologiste a bloqué les accès au terminal de l’aviation privée, dans une ambiance bon enfant. Plus...

Extinction Rebellion bloque un pont de Montréal

Canada Trois militants du mouvement écologiste Extinction Rebellion ont été arrêtés mardi après avoir escaladé l'emblématique pont Jacques Cartier de Montréal. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...