Les artistes racontent leur Fête des Vignerons

C'était la dernière de la Fête des Vignerons 2019. Celles et ceux qui l’ont vécue de l’intérieur nous racontent leurs moments forts.

Alors qu'elle se termine, des Romands (et un Tessinois) nous livrent leurs impressions sur l'édition 2019 de la Fête des Vignerons.

Alors qu'elle se termine, des Romands (et un Tessinois) nous livrent leurs impressions sur l'édition 2019 de la Fête des Vignerons. Image: Yvain Genevay

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il y a les «stars» et les nombreux anonymes qui font de la Fête des Vignerons un événement exceptionnel. Ce dimanche, 5500 acteurs-figurants, 900 chanteurs et 250 musiciens ont foulé une dernière fois l’arène veveysanne et ses 870 m2 de plancher LED. Ils ont mis ainsi un terme à un spectacle exceptionnel, qui se produit tous les vingt à vingt-cinq ans.

Côté bilan, les organisateurs ont fait le point dimanche après-midi. À mi-parcours, ils annonçaient le 2 août que 365'000 billets (sur 400'000) avaient trouvé preneur. Et se réjouissaient que la Fête soit la plus fréquentée de l’histoire, même si les spectacles n’ont pas tous affiché complets. Sur la rentabilité, rien ne peut être dit pour le moment. Aux spectateurs, il faut ajouter celles et ceux qui ont profité des animations offertes dans les rues. Jusqu’au 5 août, pas moins de 777'000 personnes s’étaient rendues à Vevey, avec un pic de quelque 100'000 visiteurs pour le 1er Août et sa parade des avions.

Est-ce pour rendre la fin un peu moins triste? L’horaire de la Ville en Fêtea été allongé dimanche soir et les stands ont fermé à 3 heures du matin. Les Terrasses de la Confrérie devraient aussi poursuivre leur exploitation jusqu’à fin septembre environ. De ces folles semaines veveysannes, il restera encore l’album officiel et les anecdotes, comme celle de ce jeune Étourneau qui a continué à jouer en chaise après s’être cassé un pied. Sans oublier les souvenirs de celles et ceux qui ont vécu le spectacle de l’intérieur. Plusieurs d’entre eux reviennent pour nous sur les moments les plus forts.


«C'est génial de voler au-dessus de l'arène»

NINA PERRENOUD
11 ans, écolière, Julie, Corseaux

NAYAH KOHLI
11 ans, écolière, Julie, Saint-Légier

Nina Perrenoud et Nayah Kohli sont les deux visages de «Julie». Elles se sont relayées, un jour sur deux, pour jouer le rôle principal, le fil rouge, du spectacle. Derrière leurs sourires malicieux se cache un professionnalisme impressionnant pour leur âge. Toutes deux ont adoré cette expérience. «Je vais pleurer quand ce sera fini», dit Nina en riant. Elle aura une semaine de repos avant la rentrée scolaire. Nayah, quant à elle, partira quelques jours en Italie avant de retrouver sa camarade de classe en filière danse-étude.

En pleine interview, elle est interrompue par un Étourneau (un figurant du spectacle) qui veut prendre un selfie avec elle. Les deux jeunes filles sont sans cesse arrêtées dans les couloirs par les autres participants qui veulent immortaliser cet instant avant de devoir se dire au revoir. Mais la maman confirme que malgré cette soudaine célébrité, elles gardent bien la tête sur les épaules.

Ce que Nayah a préféré? «Voler au-dessus de l’arène! Et aussi la samba de fin.» Nina, elle se souvient de la fois où elle a «un peu ri» en direct à cause d’une blague de Michel Voïta, son grand-père sur scène.


Le dernier envol de la Libellule


«On ne le fait qu'une fois dans sa vie»

DANIELE FINZI PASCA
55 ans, metteur en scène, Lugano

Une dernière photo avec le metteur en scène. Alors que la fin de la Fête des Vignerons approche, tout le monde tente d’obtenir ce souvenir. Il est assis dans l’arène fatigué, mais avec «un fort sentiment d’accomplissement. Il y a des choses qu’on a commencées il y a sept ans!» Une série de petites batailles gagnées qu’il contemple avec satisfaction. «C’était beau de voir la réaction des spectateurs, l’enthousiasme des figurants. J’ai une sorte de sérénité.» Interrogé sur les critiques du spectacle, il esquisse un petit sourire. «On s’habitue. Il y en a des bonnes, il y en a des mauvaises. Ça fait partie du jeu. Ce qui m’a le plus touché, ce sont les critiques concernant le son. Les gens ne se rendent pas compte des difficultés techniques et du travail incroyable effectué par l’équipe. Je les soutiens. Ils ont fait du très bon travail.»

Pendant son séjour sur la Riviera, le Tessinois a appris à aimer les Vaudois et à connaître le monde de la vigne. «J’ai eu un dialogue parfois sporadique, parfois très profond avec les vignerons. Et d’ailleurs je sais qu’il y a des personnes avec qui je vais rester ami tout le reste de ma vie.» Sa mise en scène s’inscrit dans l’histoire de l’événement. «La prochaine Fête, dans vingt ans, sera totalement influencée par celle-ci. Ils vont continuer certaines lignes que l’on a tracées, et aussi, en réaction, aller totalement ailleurs.» C’est l’héritage artistique. «Un spectacle comme ça, on ne le fait qu’une fois dans sa vie.» Tout cela finira par une conférence de presse. Après? Deux jours de repos puis le voyage reprend: direction Genève. Daniele Finzi Pasca va y retrouver sa troupe pour les répétitions de son opéra «Einstein on the Beach».


«C’est un vrai défi»

DENIS ROHRBASSER
50 ans, employé à la Direction générale de la mobilité et des routes, État de Vaud, maître Armailli, Châtel-Saint-Denis

C’est la deuxième Fête des Vignerons pour Denis Rohrbasser. En tant que maître Armailli, c’est lui qui appelle le reste de la compagnie et les vaches sur scène en «Alyobant». Son plus grand défi: «faire entrer en scène 40 vaches, 2 attelages, une mule et 67 personnes en 2 minutes 30». Il raconte avec émotion sa surprise devant l’accueil chaleureux qu’ils ont reçu. Avant chaque représentation, la troupe des Armaillis parade depuis le jardin Doret, où se trouve le village fribourgeois, jusqu’à l’arène, en passant par les rues de la ville. «À l’heure de notre passage, les habitants nous attendent. Ils nous saluent depuis leurs balcons et leur fenêtre, nous remercient. C’est vraiment touchant. Et au retour, c’est la même chose.» Son moment préféré? «La préparation de la Fête! C’est comme un mariage, c’est la préparation qui est la meilleure.»


De l'étable à l'arène avec Paradis et Sébastien


«Participer en tant que Suisse»

SOFIE CHATAGNON ET SON FILS NAYEL
42 et 11 ans, ostéopathe, écolier, Étourneaux, Saint-Légier

Sofie vit à Saint-Légier. Elle est d’origine belge. Pour elle, cette Fête des Vignerons revêt une importance toute particulière. Elle a reçu la nationalité suisse un mois avant le début de l’événement. «Je suis vraiment heureuse de pouvoir participer à la Fête des Vignerons en tant que Suisse. Nous avons célébré ça avec la compagnie des Étourneaux. C’est vraiment fantastique de pouvoir le faire ici!» La famille s’est fait beaucoup de nouveaux amis, qu’ils comptent revoir. Même si Nayel se «réjouit de pouvoir dormir» autant qu’il veut, il espère pouvoir participer à nouveau dans vingt ans. Pour Ylann, son autre fils, qui est dans le groupe des Fourmi-Percussionnistes, c’était aussi une très belle découverte.


«Ressortir d’une grande bataille»

DANIEL LAURENT
54 ans, ingénieur du son, Lausanne

Il a rejoint l’équipe de 18 ingénieurs du son «un peu par hasard». Mais Daniel Laurent ne regrette rien. Il savait que l’événement et les défis seraient gigantesques: 400 micros à gérer en même temps, «c’est inédit». Il précise que, normalement, «dans un festival, on en a une vingtaine sur scène». Mais sa plus grande peur a été les orages. «Là, il a fallu se dépêcher de mettre le matériel à l’abri», dit-il en regardant les impressionnantes colonnes d’amplis accrochées à des dizaines de mètres du sol. Plus encore que la technique, l’aspect humain de la Fête des Vignerons a touché le Lausannois. Ce qu’il retient? «Le sentiment de ressortir d’une grande bataille. Et d’être victorieux grâce à la cohésion et la solidarité de tous.» Cette expérience l’a fait sortir de sa zone de confort. Et après? Tout d’abord un petit peu de vacances, puis il part travailler au Népal pour un petit festival de jazz. Un tout autre défi.


Vevey accueille le plus grand LED Floor du monde


«Ça va s’arrêter d’un coup»

JEAN-MARC RENAUD
54 ans, douanier, hôte de la Saint-Martin, Rivaz

Jean-Marc Renaud et sa femme voulaient déjà participer à la Fête en 1999, mais ils «n’habitaient pas la bonne commune». Alors cette année, ils ne voulaient surtout pas rater ça et le douanier n’est pas déçu. Il a particulièrement été marqué par l’expérience humaine vécue. Il se remémore le «partage avec les régisseurs. On a eu un excellent contact. On discute, on plaisante, c’est là qu’on ressent la complicité.»

Lundi, il retourne directement au travail. «Ces trois semaines et demie ont fait une grosse coupure dans mon rythme habituel. Il y a eu beaucoup d’émotions et de moments forts. Ce qui risque d’être difficile après, c’est que ça va s’arrêter d’un coup. C’est ça qu’il va falloir gérer.»


«C’est grave pour une reine de se retrouver sans jupe!»

LUCIE VON DER MÜHLL
27 ans, économiste, reine de la Grappe, Lausanne

Le sentiment dominant de Lucie von der Mühll, à l’orée de la fin des festivités, est une joie intense teintée d’une légère nostalgie. «Je ne préfère pas penser à après et profiter pleinement de cette fantastique expérience de vie.» L’économiste joue dans le tableau des Cartes. Son personnage est une reine à cheval dans une magnifique robe rouge. Elle se rappelle en riant de l’incident qui s’est déroulé pendant une répétition. «Ma jupe-cheval est tombée! C’est grave pour une reine de se retrouver sans jupe!» Un autre souvenir la fait sourire. La compagnie des Cent pour Cent a improvisé une cérémonie dans les couloirs de l’arène avec Giovanna Buzzi, la costumière, en guest star. La compagnie s’était rendu compte que quatre des leurs avaient certaines couleurs inversées sur le costume. Ils ont reçu une médaille.


Un marathon pour réparer les costumes de la Fête

Créé: 13.08.2019, 14h44

Articles en relation

Souffrez-vous du FeVi-blues?

Vidéos Pour vous consoler, retrouvez l'ensemble de nos reportages vidéos sur la Fête des Vignerons 2019. Plus...

«J’espère que nous laisserons derrière nous notre amour pour la vie»

Fête des vignerons Les auteurs de la Fête reviennent sur les moments marquant de cette édition 2019. Plus...

Les vibrants adieux du dernier jour de Fête

Fête des Vignerons Pris entre larmes de joie et de tristesse, les 5500 acteurs-figurants, les techniciens et l’équipe artistique ont tout fait pour prolonger la magie de ces trois dernières semaines. Plus...

Le dernier envol de la Libellule

Fête des Vignerons Enquête en images sur l'un des très beaux tours de magie du spectacle de la Fête des Vignerons. Comment la Libellule fait-elle pour voler? Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...