Travailler trop, ou pas assez, multiplie le risque d’AVC

Plus de 10 heures de boulot par jour favorisent la survenue d’accident vasculaire cérébral. Même danger pour une activité inférieure à 35 heures par semaine.

Les risques d’AVC liés à un déficit ou à un excès de temps de travail concernent surtout les moins de 50 ans, tant les hommes que les femmes.

Les risques d’AVC liés à un déficit ou à un excès de temps de travail concernent surtout les moins de 50 ans, tant les hommes que les femmes. Image: Westend61/Getty

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Selon une étude française parue dans la revue «Stroke» en juin dernier, travailler plus de 10 heures par jour au moins 50 fois par an augmente de 29% le risque d’accident vasculaire cérébral (AVC). La hausse atteint 45% si la situation perdure depuis plus de dix ans. Un constat surtout vrai chez les personnes de moins de 50 ans et valable tant pour les hommes que pour les femmes.

En 2015 déjà, la revue «The Lancet» tirait la sonnette d’alarme sur le sujet au travers d’une vaste méta-analyse portant sur 603'838 personnes. Elle dévoilait un lien entre santé cardiovasculaire (infarctus, AVC) et nombre d’heures travaillées, le risque augmentant probablement déjà au-delà de 40 heures de travail par semaine. Mais également sous la barre des 35 heures hebdomadaires.

À la lecture de ces chiffres, une seule envie: lâcher stylo, souris d’ordinateur ou marteau-piqueur et prendre son pouls pour s’assurer que tout va bien côté cœur. Puis reprendre ses instruments de travail pour rester au-dessus de la barre visiblement fatidique des 35 heures.

Que comprendre de ces données? De nombreuses hypothèses sont avancées pour aller au-delà du simple constat et tenir compte des réalités individuelles se cachant derrière un quota d’heures de travail.

Danger indirect

«Le premier élément de réponse relève du mode de vie dans lequel s’inscrit l’activité professionnelle, note le Pr Patrik Michel, médecin-chef au Centre cérébrovasculaire du Département des neurosciences cliniques du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).

Le principal danger est probablement indirect: trop travailler expose au risque de négliger les facteurs que l’on sait protecteurs vis-à-vis de la survenue d’un AVC, en particulier l’activité physique régulière, une alimentation saine, un sommeil suffisant et un temps préservé pour se ressourcer.

Un tableau qui ferait également défaut aux personnes travaillant moins de 35 heures par semaine dans un contexte socio-économique précaire ou une vie particulièrement sédentaire.» Il est donc possible que ce risque augmenté ne soit pas la conséquence d’heures de travail excessives ou insuffisantes, mais l’indicateur d’une mauvaise hygiène de vie.

Or «un style de vie délétère va souvent de pair avec des problèmes d’hypertension, d’obésité, de diabète, un excès de mauvais cholestérol, résume le Pr Michel. Ces facteurs se traduisent à plus ou moins long terme sur les artères, qui s’usent et «s’encrassent» plus rapidement, mais également sur le cœur.

Mis sous pression d’activités intenses et de stress récurrent, sans temps suffisant pour récupérer, le système neurocardio-vasculaire se fatigue et dysfonctionne. À plus ou moins long terme, deux conséquences majeures sont possibles: l’infarctus du myocarde et l’AVC.»

Ischémique et hémorragique

Pour rappel, artères et cœur sont les principaux protagonistes impliqués en cas d’AVC. Le plus souvent, le phénomène se produit lorsqu’une artère menant le sang au cerveau se bouche. On parle d’AVC ischémique. Privé du sang et du glucose dont il a un besoin permanent et absolu, le cerveau souffre instantanément.

L’autre type d’AVC est dit «hémorragique». Il découle d’un saignement à l’intérieur même du cerveau, suite à la rupture d’artères elles-mêmes sous stress ou souffrant de malformation.

«L’un des premiers signes d’alerte indiquant que le cœur souffre est l’arythmie, explique le Pr François Mach, médecin-chef du Service de cardiologie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

Le phénomène est généralement perceptible au travers des fameuses palpitations, cette impression que le cœur «bat la chamade». C’est un signe à prendre en compte car il révèle que le cœur n’est pas aussi synchrone qu’il devrait l’être.

Or de ce décalage peut naître un défaut dans son nettoyage automatique, aboutissant à la formation d’un caillot. Susceptible de migrer dans le cerveau via les artères, celui-ci peut être à l’origine d’un AVC.»

Si les mécanismes associant stress et vulnérabilité cardiaque sont nombreux, complexes et encore méconnus pour certains, l’expert révèle un autre phénomène opérant cette fois au niveau du sang. «Un excès de stress peut rendre le sang hypercoagulable, explique-t-il. En temps normal, un cocktail d’enzymes et d’agents chimiques permet au sang de coaguler naturellement et de colmater les petites plaies. Mais lorsqu’il devient hypercoagulable, il favorise la formation de caillots, potentiellement dangereux selon l’endroit où ils migrent.»

Et de souligner à son tour: «Le meilleur remède à ces divers troubles vasculaires et cardiaques est de loin l’activité physique. Or c’est un cercle vicieux: plus d’heures sont consacrées au travail, moins il en reste pour prendre soin de soi.»

S’écouter… et consulter

Sauf que le rythme de travail n’est pas toujours un choix. «Il a d’ailleurs été démontré que les incidences d’une surcharge sur la santé physique et mentale sont plus dommageables lorsque les heures de travail sont subies, sont le résultat d’exigences écrasantes et d’une perte de contrôle sur ses tâches et ses propres limites», précise le Pr Mach. Reste que les dommages s’installent, sans toujours crier gare.

Les conseils clés? «S’écouter, préconise le Pr Michel. Mais également tenir compte des remarques de l’entourage. Les «tu exagères» ou «tu travailles trop» ne sont jamais agréables à entendre, mais ils constituent de réels garde-fous.» Et ne pas hésiter à consulter son médecin généraliste.

«La première étape inclut inévitablement un état des lieux global, souligne le Dr David Nanchen, médecin adjoint à la Consultation de prévention cardiovasculaire – cholestérol et style de vie du Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté Lausanne). Tension artérielle, tabagisme, excès de cholestérol ou de sucre dans le sang (diabète ou prédiabète) sont des indicateurs essentiels pour la prise en charge. Mais bien sûr, une discussion doit aussi s’ouvrir sur la gestion du stress. Des questionnaires spécifiques existent pour évaluer la situation.»

Le simple fait de parler avec son médecin généraliste peut permettre de désamorcer un mal-être qui s’installe, mais il faut parfois aller plus loin. «Pour lutter contre le stress professionnel, thérapies spécifiques et groupes de parole voient le jour», informe le Dr Nanchen.

«Un changement de paradigme s’impose, confirme le Pr Mach. Des liens clairs étant désormais établis entre activité professionnelle et santé (cardiovasculaire notamment), la prise en compte des heures travaillées et la façon dont elles sont vécues doit dorénavant faire partie des éléments abordés lors d’une consultation médicale, au même titre que le tabagisme, l’activité physique ou encore l’alimentation. L’enjeu n’est pas seulement individuel, il engage la société dans son ensemble. Le stress professionnel s’inscrit dans un environnement qu’il faut aussi pouvoir remettre en question.»


Prévenir l’AVC, même au bureau, c’est possible

Dans le flot des impératifs et pics de pression liés à une vie professionnelle prenante, certains comportements délétères s’inscrivent au quotidien. Au détriment de la santé en général et des artères en particulier. Les conseils du Pr Patrik Michel, médecin-chef au Centre cérébrovasculaire du Départemen des neurosciences cliniques du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).

  • Se méfier des comportements réflexes semblant compenser le trop-plein de stress: grignotage, surconsommation de produits gras, sucrés, boissons énergétiques et sodas, alcool, tabac, etc.
  • Limiter la position assise prolongée, en se levant régulièrement pour faire quelques pas ou étirements, par exemple. Idéalement au moins une fois par heure.
  • Prendre autant que possible les escaliers plutôt que l’ascenseur.
  • Être attentif à son niveau de stress et à ses incidences (troubles du sommeil, irritabilité, etc.).
  • Libérer dans son agenda des plages dédiées à une activité physique régulière. Une marche rapide est un bon début: l’important est de sentir le système cardiovasculaire s’activer (accélération du rythme cardiaque, transpiration). L’idéal est de viser un minimum de 30 minutes d’activité physique par jour.
  • Selon ses besoins et possibilités, faire de la place pour
  • une mini-sieste à midi.
  • S’octroyer une ou plusieurs vraies pauses dans la semaine pour compenser les flux
  • d’activités physiques ou intellectuelles intenses.

Créé: 16.10.2019, 10h04

Reconnaître un AVC et agir vite

Pour une personne sur quatre, un épisode «alerte» survient avant un accident vasculaire cérébral (AVC). On parle d’accident ischémique transitoire (AIT). Même si les symptômes disparaissent en quelques minutes, la situation est à considérer comme une urgence car dans les heures ou jours qui suivent, un véritable AVC peut survenir.

Les signes qui doivent alerter:


  • Perte de force d’un côté du corps ou du visage.

  • Perte de sensibilité d’un côté du corps ou du visage.

  • Difficulté subite à parler.

  • Troubles soudains de la vision.



La marche à suivre:


  • Appeler immédiatement le 144. En cas d’AVC avéré, chaque minute compte.

  • Placer la personne en position latérale de sécurité.

  • Ne rien donner à boire ou à manger, ni aucun médicament sans avis médical.

  • Garder un contact calme et continu avec la personne.

Articles en relation

«Le stress est l'ennemi du sexe»

Saint-Valentin Le jour de la fête des amoureux, les attentes et la pression sont fortes sur le sexe, explique la sexologue vaudoise Romy Siegrist. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.