Célibataire et sans enfant à 43 ans: Garance Doré n'en peut plus d'être jugée!

FEMINAQuatre semaines après une douloureuse séparation, la célèbre blogueuse française a déversé toute sa frustration dans un billet d'humeur intitulé «The Next Chapter»

«Il y a un moment où, par la grâce de la maturité, on comprend qu'on n'en a plus rien à foutre de ce que les gens pensent. Qu'il est beaucoup plus important de vivre notre vie à nous qu'une fausse vie idéale.»

«Il y a un moment où, par la grâce de la maturité, on comprend qu'on n'en a plus rien à foutre de ce que les gens pensent. Qu'il est beaucoup plus important de vivre notre vie à nous qu'une fausse vie idéale.» Image: Getty

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Loin de se sentir abattue face à l'une des situations qu'elle craignait le plus de vivre, elle nous rappelle qu'une femme peut être «merveilleusement heureuse» seule, malgré ce que la société tente de lui faire croire.

«Je suis en train de vivre l'une des choses qui m'effrayait le plus dans la vie [...], et pourtant, je suis plus cool et en accord avec moi-même que jamais». Voilà qui résume parfaitement la situation, ainsi que Garance Doré la dépeint dans son nouveau billet personnel, «The Next Chapter»: récemment séparée de son compagnon, Chris Norton, elle a décidé de partager avec sa communauté quelques-unes de ses «millions d'observations sur ce que c'est de séparer à un moment aussi crucial de la vie».

Oui, parce qu'il est plus aisé de se retrouver célibataire à 25 qu'à 43 ans, rappelle-t-elle, lasse d'être considérée comme un «échec» par les yeux accusateurs de la société. Aussi détaille-t-elle les réactions de plusieurs de ses proches, à l'annonce de sa rupture. Le premier lui propose son épaule pour pleurer, la seconde veut absolument lui trouver un nouveau mec, la troisième lui prédit un suicide certain si elle ne devient pas maman rapidement. Ahem... autant dire que Garance est loin d'apprécier toutes ces «condoléances». À vrai dire, même si personne ne la croit, elle se sent plutôt bien!

En effet, le billet en question laisse deviner la combativité que peuvent occasionner certaines ruptures, celles que l'on finira plutôt par considérer comme une renaissance, une épreuve nécessaire et libératrice. Si elle craignait d'abord tous les regards qui se poseraient inévitablement sur sa nouvelle vie, son nouveau chapitre, Miss Doré a appris à s'en moquer. Royalement.

«Celle qui a manqué le train»

Au départ, ce ne sont pas les propos inquiets et compatissants de son entourage qui angoissaient le plus la créatrice de l'«Atelier Doré»:

«J'avais peur du jugement de la société [...]. Je parle du jugement ambiant. De vous, de moi, des hommes, des femmes, de l'"étiquette" que l'on a collée sur le front quand on est célibataire après trente-cinq ans, jugement que moi-même à mon corps défendant, j'ai parfois formulé en moi ou même exprimé sans même m'en rendre compte.»

Il y a un moment où, par la grâce de la maturité, on comprend qu'on n'en a plus rien à foutre de ce que les gens pensent.

Aussi Garance refuse-t-elle d'être considérée comme une «vieille fille qui a manqué le train», «celle qui a payé pour son succès professionnel» ou celle qui a été «malheureuse en amour». Elle pense à tous ces couples qui restent ensemble pour de mauvaises raisons, et qui sont plus malheureux qu'elle, célibataire, ne l'est actuellement: «On peut être merveilleusement heureuse seule et sans enfant. On peut "tout avoir" et être misérable.»

«Il y a un moment où, par la grâce de la maturité, on comprend qu'on n'en a plus rien à foutre de ce que les gens pensent. Qu'il est beaucoup plus important de vivre notre vie à nous qu'une fausse vie idéale. Qu'on est prêt à souffrir un peu de condescendance si à la clé se trouve notre vérité, notre amour-propre, notre créativité, notre santé mentale, un monde nouveau de possibilités.»

Une nouvelle page à remplir

Si la blogueuse débute son billet par une description tragi-comique des réactions déplorables ou gênantes de son entourage, elle le termine avec celles qui lui ont fait du bien. Comme cette amie qui l'a félicitée, plutôt que de la plaindre. Ou ce surnommé «R» qui se réjouit de toutes les nouvelles aventures qu'elle s'apprête à vivre. Ou de la fameuse «M.», 47 ans, qui lui a raconté que c'est en vivant exactement la même chose qu'elle a trouvé l'homme de sa vie et donné naissance à son premier enfant.

La vie, en attendant, se poursuit. Et le soleil continue de briller sur Garance Doré, une femme de 43 ans pouvant être librement elle-même, et que le célibat ne plonge pas dans les affres de la solitude ou de la mélancolie. Au contraire: elle a encore tant de chapitres à écrire!

Retrouvez plus de contenu sur www.femina.ch

(Femina)

Créé: 30.11.2018, 10h59

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...