Passer au contenu principal

Chaises musicales à GlionLe MOF Benoît Carcenat déménage ses couteaux à Rougemont

L’ex-sous-chef de Benoît Violier à Crissier quitte l’École hôtelière de Glion pour reprendre les fourneaux du Valrose.

Benoît II, alias Benoît Carcenat, quand il avait passé son MOF depuis les cuisines de Crissier.
Benoît II, alias Benoît Carcenat, quand il avait passé son MOF depuis les cuisines de Crissier.
VANESSA CARDOSO/24 HEURES -A

On l’a connu à l’Hôtel de Ville de Crissier où ce jeune sous-chef français était surnommé Benoît II pour le distinguer de son homonyme Violier. Benoît Carcenat avait quitté le trois-étoiles pour un tour du monde avant de rejoindre l’École hôtelière de Glion, où il était directeur des arts culinaires et de la gastronomie. Il y avait notamment lancé un restaurant aux plats sains et bios, le Fresh, où les étudiants faisaient un stage comme ils le font au Bellevue (le restaurant gastronomique de l’école).

Mais les fourneaux ont l’air de manquer au talentueux Meilleur Ouvrier de France 2015 qui va grimper à Rougemont avec son épouse Sabine et leurs (bientôt) deux enfants, annonce «Gault&Millau». Le chef de 41 ans va tenir le piano du Valrose, un hôtel où les chefs se sont succédé ces cinq dernières années. Avec Benoît II, les propriétaires tiennent une pointure à qui ils offrent une rénovation légère du restaurant et surtout de sa cuisine pour qu’elle soit à la hauteur. Le café servira toujours une carte simple, alors que le restaurant sera gastronomique.

Une capitale gastronomique

Comme, pas très loin, il y a l’Hôtel de Rougemont et son restaurant Le Roc, dont la carte est signée de l’excellent Edgard Bovier, et comme ce dernier tient aussi le Cerf, bistro très chic du village, la commune devient une capitale gastronomique intéressante.

Du côté de Glion, le marché des transferts va remplacer un MOF par un autre. Didier Aniès sera le nouveau chef exécutif de l’école. Celui-ci a commencé par des places en Allemagne et en Autriche avant de se tisser un CV prestigieux sur la Côte d’Azur, du Grand Hôtel du cap Ferrat au Fairmont Hôtel de Monaco où il était chef exécutif d’une brigade de 110 personnes.