Passer au contenu principal

Salles de spectacle ferméesLe monde de la scène veut être un acteur et non pas une victime

Les compagnies de théâtre et de danse estiment que le calendrier de déconfinement joue en leur défaveur. Action symbolique au Grand Conseil et création d’une association vaudoise pour parler d’une seule voix.

Le collectif Sans Culture Le Silence veut alerter sur la situation jugée dramatique du monde de la scène. Mardi, il mènera une action funèbre sur le site du SwissTech Convention Center de l’EPFL, où siège en ce moment le Grand Conseil. Des femmes et des hommes de théâtre vont y former
une haie d’honneur en habits noirs pour donner forme humaine à leurs inquiétudes.
Privés de scène
Le collectif Sans Culture Le Silence veut alerter sur la situation jugée dramatique du monde de la scène. Mardi, il mènera une action funèbre sur le site du SwissTech Convention Center de l’EPFL, où siège en ce moment le Grand Conseil. Des femmes et des hommes de théâtre vont y former
une haie d’honneur en habits noirs pour donner forme humaine à leurs inquiétudes.
#sansculturelesilence

Le milieu des arts vivants voit son avenir en noir mais lutte pour sa survie. Alors que les Chambres fédérales vont reprendre ces jours la loi Covid-19 ouvertures des cas de rigueur, mesures pour les emplois de courte durée (CDD), le calendrier gouvernemental vaudois suscite des interrogations, surtout la date du 31 janvier, horizon initialement posé pour une possible réouverture des salles de spectacle.

Lire aussi: Le théâtre à la rue

«Chaque report a une incidence à long terme», dénonce Benjamin Knobil, metteur en scène de la Cie Nonante-trois et l’un des porte-parole du collectif Sans Culture Le Silence qui va sensibiliser ce mardi le Grand Conseil à une situation qu’il juge dramatique par une action funèbre sur le site du Swiss Tech Centre, siège de ses débats. Des femmes et des hommes de théâtre vont y former une haie d’honneur en habits noirs – mais dans le respect des normes sanitaires avec 1,5 m d’espacement entre les participants! – pour donner forme humaine à leurs inquiétudes. «Chaque spectacle se construit sur un cycle d’un an et demi, entre les moments où il est pensé, financé et programmé. On sait déjà que les places seront réduites l’an prochain, les programmateurs recalant des spectacles annulés.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.