Passer au contenu principal

Financement de la guerreLe monde industriel et économique se dit «soulagé»

Le rejet de l’initiative populaire rassure un secteur comprenant quelque 6000 entreprises et comptant 320’000 postes de travail.

Le secteur de la sécurité et de la défense compte quelque 6000 entreprises et 320’000 postes de travail en Suisse.
Industrie
Le secteur de la sécurité et de la défense compte quelque 6000 entreprises et 320000 postes de travail en Suisse.
KEYSTONE

Depuis le début de l’après-midi, le camp des opposants à l’initiative «Interdiction du financement du matériel de guerre» s’est remis à respirer. Le peuple a refusé la proposition du GSsA (Groupe pour une Suisse sans armée), une proposition jugée par ses opposants comme désastreuse pour tout un pan de l’économie suisse.

«Je suis soulagé car la population a compris que cette initiative ne concernait pas que les banques ou les géants du secteur comme Ruag et Airbus. Elle a clairement saisi qu’en cas de résultat inverse, cela aurait mis sous très forte pression des centaines de PME et menacé des milliers d’emplois en Suisse romande», réagit dans la foulée des premiers résultats Philippe Zahno, secrétaire général du Groupe romand pour le matériel de défense et de sécurité (GRPM).

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.