Passer au contenu principal

Élections à YverdonL’affaire de l’Office du logement tourne à la crise politique

À la suite des dysfonctionnements révélés dans nos colonnes, le PLR parle de «problèmes de management». Le PS, de son côté, maintient sa confiance en Jean-Claude Ruchet.

L’Office du logement d’Yverdon-les-Bains est dans la tourmente.
L’Office du logement d’Yverdon-les-Bains est dans la tourmente.
JEAN-PAUL GUINNARD

«On doit aller plus loin, insiste lundi au téléphone Laurent Roquier, président du PLR d’Yverdon. On doit maintenant déterminer qui savait quoi et en tirer les conséquences.» En pleine campagne électorale, les rapports d’audits révélés vendredi dans nos colonnes concernant l’Office du logement de la Ville ont fait l’effet d’une bombe. Pour mémoire, si le service fonctionne globalement bien, écrivent en substance les experts mandatés par la Municipalité, les documents pointent du doigt des dysfonctionnements majeurs.

«Le fait que le préposé au logement travaille seul est la porte ouverte à tous les abus, reprend le président de la section locale du PLR. Mais c’est la hiérarchie et son contrôle qui sont en cause. On se trouve dans une situation où une seule personne décide de tout. C’est explosif.» Toujours d’après l’élu qui siège au sein de l’organe délibérant de la cité thermale, il est par ailleurs difficile de savoir si l’aide communale est allée au bon endroit. «Les processus et critères d’attribution d’un logement subventionné sont décrits comme peu clairs et pas objectifs, déroule-t-il. Les personnes qui en avaient véritablement besoin ont-elles pu en profiter? Ce sont des problèmes de management. Il faut absolument introduire un principe quatre yeux et travailler sur les recommandations.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.