Passer au contenu principal

La Tour-de-PeilzLe Musée suisse du jeu s’adapte à son temps

Le projet de rénovation a recours aux nouvelles technologies afin d’attirer un public plus large. Il vient de bénéficier d’un don de 50’000 francs.

Conçue il y a trente ans, la scénographie bénéficiera d’une cure de jouvence.
Conçue il y a trente ans, la scénographie bénéficiera d’une cure de jouvence.
Chantal Dervey

«Il s’agit de rénover toute la scénographie qui date des années 90, explique Vincent Perrier, président du Conseil de fondation. Comme notre institution est la seule du genre au monde, il faut donc tout inventer.» Créé il y a plus de trois décennies, le Musée suisse du jeu (MSJ) à La Tour-de-Peilz s’adapte aux technologies modernes afin de toucher un plus large public, notamment chez les jeunes. Le projet de rénovation, dont le coût est estimé à plus de 2 millions de francs, mettra les collections en valeur grâce à un concept «novateur et interactif». Cette refonte vient de bénéficier d’un don de 50’000 francs de la fondation UBS pour la culture. «Nous quittons l’ère de la classification pour tenter de faire vivre une expérience inoubliable au visiteur», poursuit Vincent Perrier. Une approche multidimensionnelle mettra en scène le patrimoine matériel des objets, mais aussi leur côté immatériel (l’acte de jouer et les relations sociales qui en découlent). Tous les sens des visiteurs devraient être mis à contribution.

«Nous quittons l’ère de la classification muséale pour désormais faire vivre une expérience au visiteur»

Vincent Perrier, président du Conseil de fondation

Pour réaliser cette nouvelle scénographie, la fondation qui gère le MSJ a engagé Lorenzo Greppi, scénographe à l’expérience internationale. La cure de jouvence sera adaptée aux particularités architecturales du château
de La Tour-de-Peilz qui comprend d’importants volumes au deuxième étage. Les salles du premier niveau, plus intimes et plus fonctionnelles, entraîneront les visiteurs dans les histoires de joueurs, de chercheurs, de créateurs et d’éditeurs. D’autre part, le concours d’architecture lancé par la Ville de La Tour-de-Peilz a permis de retenir un projet élargissant les espaces muséaux tout en préservant le château. Car la modernisation prévoit également de créer une nouvelle exposition permanente et des espaces réservés aux expositions temporaires.

«Ce don nous permettra aussi de rester compétitifs sur le marché régional de la culture, vu qu’il nous faut continuer à faire vivre le musée en cette période transitoire», précise Vincent Perrier. Les travaux devraient être lancés dès l’an prochain.

Parallèlement, la Ville envisage des petites transformations du château, concernant notamment la Maison du Jardinier, située dans la cour du monument. Un restaurant au bord du lac, dans l’enceinte de l’ancien donjon, devrait voir le jour. Des travaux d’entretien au rez-de-chaussée et dans les combles du corps de logis figurent encore au programme. L’enceinte de l’édifice doit aussi être réhabilitée, notamment pour des raisons de sécurité