Passer au contenu principal

Concert par télétravailLe Nordsband se fait plaisir à distance

Une partie de l’ensemble musical a publié une vidéo de sa dernière interprétation à distance.

Une trentaine de musiciens du Nordsband livrent leur interprétation à distance de «A Slavic Farewell».
Une trentaine de musiciens du Nordsband livrent leur interprétation à distance de «A Slavic Farewell».
NORDSBAND – DR

Pas facile pour un ensemble musical de répéter par les temps qui courent. Le Nordsband ne dira pas le contraire. Vérification faite, il lui aurait fallu trouver une scène de 500 m² pour que sa cinquantaine de musiciens puissent jouer tout en respectant les distances spatiales inhérentes à la lutte contre le coronavirus.

Mais souffler en solo dans sa trompette ou frapper sur sa batterie dans une chambre vide n’est pas forcément le moyen le plus stimulant pour ne pas perdre le la. C’est Manon Apothéloz, présidente de la commission musicale du Nordsband, qui a eu l’idée de remotiver la troupe en lui proposant un projet de «répétition en télétravail».

«Le plus important, pour des musiciens amateurs, c’est de garder le moral»

Benoît Kemmling, président du Nordsband

Une trentaine de musiciens et leur directeur, Fabien Guidoux, se sont ainsi filmés avec leur smartphone en train de jouer leur partition de «A Slavic Farewell». Il ne restait plus que, pour le vice-président de la société, Augustin Mercier, d’assembler et de caler patiemment – quel boulot! – tous ces extraits ensemble. Outre les qualités musicales des membres du Nordsband, on découvre qu’ils pratiquent aussi bien l’art de la mise en scène. Et qu’ils ont de l’humour.

«Bien sûr qu’avoir perdu pas mal d’argent en raison de l’annulation de tous nos concerts du printemps, c’est embêtant. Mais pour des amateurs comme nous, ce qui est encore plus important, c’est de garder le moral. Et je pense que cette initiative nous permet d’y parvenir», souligne le président, Benoît Kemmling. En attendant leur retour sur scène, espéré pour fin novembre à Grandson.