Passer au contenu principal

Essai Land RoverLe nouveau Defender défie les obstacles du terrain

La version essence de 400 ch nantie d’une micro-hybridation de 48V, conjugue espace, performance et agilité.

Le nouveau Defender passe-partout et ce n’est pas qu’une promesse.
Land Rover Defender P400
Le nouveau Defender passe-partout et ce n’est pas qu’une promesse.
LAND ROVER

Impressionnant? C’est le prénom! Oui, il est un peu là le nouveau Defender. Plus de cinq mètres de long avec cette roue de secours suspendue au hayon du coffre, une hauteur frôlant les deux mètres, un habitacle qui accueillait sept personnes sur le modèle essayé grâce à deux sièges escamotables dans le coffre, Land Rover reste fidèle à sa réputation.

Sous le capot, un moteur de 400 ch développés par un six-cylindres turbo en ligne de trois litres. Un groupe associé à un système de micro-hybridation nanti d’une batterie de 48V. Cette dernière est alimentée lorsque le conducteur lève le pied ou freine.

Une consommation relativement raisonnable

Le moteur se coupe au-dessous de 3 km/h et lors des arrêts. Un supercharger de 7 kW exploite cette électricité pour augmenter la pression du turbo et aider les démarrages ou les accélérations. D’où un gain de carburant, donc une diminution des émissions de CO2.

Cette technologie permet d’obtenir une consommation raisonnable pour un véhicule de près de deux tonnes et demie aux performances toniques (6,1 secondes pour atteindre les 100 km/h).

Land Rover n’a pas mégoté en offrant à son nouveau Defender tous les atouts d’un tout-terrain du XXIe siècle. Entre les deux générations, il y a un véritable abîme. On passe du rustique à la plus folle sophistication. Dans l’habitacle d’abord, cosy, confortable, luxueux.

Châssis monocoque en alu

Mais l’essentiel se joue au niveau du châssis qui devient monocoque, en alu et équipé de suspensions indépendantes. Un gain considérable de poids et de rigidité. Ce Defender conserve bien entendu ses capacités de franchissement avec une transmission intégrale à différentiels central et arrière verrouillables.

Il hérite aussi du dispositif Terrain Response efficace dans toutes les situations délicates. Il offre plusieurs modes de conduite en fonction de la configuration du terrain. Il gère les descentes les plus abruptes grâce aux rapports courts de la boîte de vitesses, règle la garde au sol optimale grâce aux suspensions intelligentes.

Dans sa panoplie, il hérite même d’une nouvelle fonction, «wade», permettant de franchir des gués en toute décontraction. Il peut ainsi affronter une profondeur d’eau de 900 mm.

Parallèlement, les ingénieurs ont équipé leur Defender de toutes les aides à la conduite. Car ce géant du terrain roulera surtout sur le bitume. Grâce à sa caméra panoramique 3D à 360°, il surveille les angles morts, assure la sortie des passagers en les avertissant d’un danger immédiat, vérifie la voie libre lors des marches arrière, dispose d’un régulateur de vitesse adaptatif, etc. Oui, le Defender est vraiment entré dans le monde contemporain!

Une planche de bord contemporaine.
Land Rover Defender P400
Une planche de bord contemporaine.
LAND ROVER