Passer au contenu principal

Une superbe terrasse sauvéeLe nouvel Abordage de Saint-Sulpice aura l’accent italien

Le restaurant des bords du lac est repris par Graziano de Luca, qui y proposera des produits du lac et une belle carte italienne.

La terrasse couverte de l’Abordage est un de ses atouts.
La terrasse couverte de l’Abordage est un de ses atouts.
L’Abordage.

Depuis sa réouverture en 2017, le restaurant L’Abordage, à Saint-Sulpice, cherchait la bonne formule pour redonner vie à cette terrasse au bord du lac mais sans vue sur celui-ci. Une bande de copains en avait fait un restaurant-galerie d’art, à la carte aussi contemporaine que les expos qui s’y organisaient. Mais sans jamais trouver l’équilibre. Graziano de Luca va reprendre la maison avec une nouvelle orientation.

Un spécialiste

L’homme n’est pas un amateur. Sa société gère déjà toute une ribambelle d’établissements dans la région lausannoise, des célèbres Bouchers, à Malley, jusqu’au Leonardo, au Flon, en passant par le Raisin de la Palud, entre autres. Cet ancien de l’École hôtelière de Lausanne a déjà relancé la mythique Bavaria, rue du Petit-Chêne, avec beaucoup de réussite. Les discussions avec les tenanciers actuels ont commencé bien avant que la crise du Covid menace la branche.

«Bien sûr, c’est plus périlleux aujourd’hui, admet Graziano de Luca. Mais nous nous étions engagés et si on baisse les bras, on est déjà morts.» Il compte donc rouvrir l’adresse début juin, avec une carte qui mélange les spécialités du lac voisin, filets de perche, brochet ou féra, et la bonne gastronomie italienne. «Des pizzas de bon niveau, des produits bien travaillés, des spécialités de pâtes ou de risotto. Surtout, nous allons développer une offre à l’emporter dans cette zone résidentielle.»

L’entrepreneur ne va pas faire de grands travaux mais réchauffer l’ambiance un peu épurée à son goût. Et créer des coins lounge sur la terrasse. Il compte sur le voisinage de l’EPFL ou d’entreprises pour son midi et sur la terrasse couverte qui permet de prolonger l’été. «Il faudra qu’on joue les écureuils pour garder un peu de réserve à la fin de l’été si on veut tenir l’hiver», conclut-il en souriant.

2 commentaires
    Jean-Daniel Josseron

    Ce restaurant a le grand désavantage d’être au bord du lac mais loin du lac. Les personnes qui veulent aller manger sur une terrasse choisissent en priorité une situation plus favorable comme le « petit port » ou « le débarcadère ». Si l’abordage veut enfin avoir du succès il est impératif qu’il se différencie par une cuisine de qualité dans une niche que les autres n’ont pas.