Passer au contenu principal

Portrait de Thierry BarrigueLe ouistiti de Savigny fâché avec la vieillesse

À 70 ans, le toujours vigousse dessinateur franco-vaudois publie «Covid ton sac» et «Oh! vieillesse. La galère des proches aidants». Le premier raconte la vie au temps du virus, le second règle ses comptes avec ses parents.

Barrigue en dessinateur satirique fumé à l’eau et au vin, au calme dans le jaccuzzi de sa villa près des bois du Jorat.
Barrigue en dessinateur satirique fumé à l’eau et au vin, au calme dans le jaccuzzi de sa villa près des bois du Jorat.
VANESSA CARDOSO

Il jubile comme un gamin: il a posé dans le jacuzzi pour la photographe, qui n’en revenait pas. Frétillant, ragaillardi par la baignade improvisée, il s’affaire, sert un verre de vin, fait visiter la maison, une villa en bois en lisière des forêts du Jorat sur les hauts de Lausanne où lui et sa femme sont installés depuis trente ans, son bureau qu’il n’utilise pas sauf pour se retrouver seul avec ses amis, vivants ou morts, dont les albums sont soigneusement rangés dans la bibliothèque, la cuisine ouverte qu’il n’utilise pas parce que c’est Marie-Jo qui cuisine, sauf lorsqu’il prépare sa fameuse salade de cervelas alsacienne dans leur maison en Provence. Un vrai ouistiti, comme le surnomme Flutsch, son compère de lancement de «Vigousse» il y a douze ans, souple, babilleur et rigolard. Mais qui soudain vous plante ses yeux bleus dans les vôtres en déclarant tout de go: «Je suis désespéré. Désespéré mais totalement dans l’action.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.