Passer au contenu principal

ÉditorialLe pari crédible du Plan climat vaudois

Lorsque le gouvernement vaudois annonce qu’il va présenter son Plan climat, l’on peut se demander ce qu’une stratégie cantonale, si écologique fut-elle, va bien pouvoir changer au réchauffement terrestre désormais tangible et de plus en plus menaçant. La démonstration de cohésion qu’ont faite mercredi les sept conseillers d’État donne cependant à espérer qu’un chemin se dégage. Avec une telle méthode de collaboration répliquée autant de fois que nécessaire autour du globe, l’humanité parviendra peut-être à se sauver de la catastrophe.

Lire aussi: Les cinq axes pour atteindre la neutralité carbone en 2050

Si les mesures vaudoises ne sont pas toutes nouvelles et ne remettent pas en question l’économie libérale, la synthèse qu’en ont faite les sept élus pourrait avoir valeur d’exemple. Dans un futur assez proche, la réunion des différentes luttes contre le réchauffement devrait montrer, soyons optimistes, qu’en tirant tous à la même corde on arrive à des résultats. Les citoyens pourront vérifier rapidement si l’approche est la bonne, car le Conseil d’État a prévu un monitoring serré.

Isoler les bâtiments, réhabiliter le bois avec force, doper les énergies renouvelables, encourager les agriculteurs à poursuivre leur révolution, traquer le moteur à essence, ouvrir des boulevards à la mobilité douce: les stratégies sont connues. Encore faut-il en discerner les cohérences et en dégager les faisabilités.

Dans un exercice façonné d’accents empruntés au registre de la com, le gouvernement parvient tout de même à rendre son pari crédible. Cette action commune, si elle est bel et bien menée dans les années à venir, se jouera des clivages politiques. Le Grand Conseil, qui avait voté l’urgence climatique, semble d’ailleurs prêt à entrer dans la danse et à accorder les crédits indispensables.

Reste que les autorités et leur volonté, même inoxydable, ne suffiront pas à entraîner les cercles vertueux nécessaires à améliorer la situation. La population doit aussi y apporter son concours. Alors seulement aurons-nous une chance de léguer un monde vivable aux générations futures.