Passer au contenu principal

HongrieLe Parlement adopte un ensemble de mesures anti-LGBT

La Constitution hongroise a subi mardi des modifications: le sexe sera défini uniquement d’après celui de la naissance. De plus, l’adoption pour les couples homosexuels sera interdite.

A travers des mesures anti-LGBT, le Premier ministre hongrois Viktor Orban entend défendre les «valeurs chrétiennes» traditionnelles (archives).
A travers des mesures anti-LGBT, le Premier ministre hongrois Viktor Orban entend défendre les «valeurs chrétiennes» traditionnelles (archives).
KEYSTONE

Le Parlement hongrois a adopté mardi plusieurs textes anti-LGBT. L’un inscrit la notion traditionnelle de «genre» dans la Constitution, l’autre interdit de facto l’adoption aux couples de même sexe.

«La mère est une femme, le père est un homme», décrète un amendement à la charte fondamentale approuvé grâce au soutien des députés de la majorité, selon le site officiel de l’Assemblée. Ce texte définit le sexe comme étant uniquement celui de la naissance, et ajoute: «L’éducation est assurée conformément aux valeurs fondées sur l’identité constitutionnelle et la culture chrétienne» du pays.

Dans son argumentaire, le gouvernement justifie cet amendement par la nécessité de «protéger l’enfant contre les possibles interférences idéologiques ou biologiques» du monde occidental moderne.

Le Parlement a en outre voté une loi autorisant seulement les couples mariés à adopter des enfants, ce qui exclut en pratique les homosexuels qui n’ont pas le droit de s’unir en Hongrie. Des dérogations peuvent être accordées dans des cas exceptionnels.

Depuis le mois de mai, il est déjà légalement interdit d’inscrire un changement de sexe à l’état civil dans ce pays d’Europe centrale, membre de l’Union européenne (UE), dont le Premier ministre Viktor Orban, au pouvoir depuis dix ans sans interruption, promeut «l’illibéralisme».

Valeurs européennes bafouées

Dans cette croisade pour la défense des «valeurs chrétiennes» traditionnelles, Viktor Orban a été récemment affaibli par l’affaire Jozsef Szajer. Ce proche, eurodéputé de longue date, avait été surpris fin novembre dans une soirée libertine gay, suscitant un tollé de l’opposition et de la presse indépendante contre l’hypocrisie du pouvoir hongrois.

Les différentes organisations internationales (ONU, Conseil de l’Europe, OSCE, UE) accusent régulièrement le chef du gouvernement de bafouer les valeurs européennes. Par le passé, la Hongrie a été condamnée par la justice européenne pour le non-respect de ses engagements et de la primauté du droit communautaire sur les législations nationales.

Dans ce contexte tendu, Viktor Orban a annoncé la semaine dernière son intention de déposer un recours contre la mise en place d’un nouveau mécanisme liant le versement de fonds européens au respect de l’Etat de droit.

ats/nxp