Passer au contenu principal

Crise dans les hôpitauxLe personnel des soins intensifs se sent abandonné face au Covid

La seconde vague est là. Dans les hôpitaux, ceux qui nous soignent se disent «fatigués», «démoralisés», «dégoûtés». Ils en ont marre et le feront savoir la semaine prochaine dans toute la Suisse.

Le personnel hospitalier ressent un lourd sentiment d’abandon à l’approche de cette deuxième vague de Covid-19. Il se sent oublié par la population et ignoré par les autorités.
Le personnel hospitalier ressent un lourd sentiment d’abandon à l’approche de cette deuxième vague de Covid-19. Il se sent oublié par la population et ignoré par les autorités.
Keystone

«Très franchement, je n’ai pas envie d’affronter une deuxième vague. La première m’a suffi. Cette maladie est très lourde à vivre, physiquement et psychiquement», nous explique Corinne. Cette technicienne en radiologie médicale à l’Hôpital Pourtalès, dans le canton de Neuchâtel, précise que cela ne l’empêche pas de travailler. «Je n’ai pas le choix. C’est le patient qui compte. Il faut vaincre le Covid.»

Elle ajoute enfin que ce sentiment de lassitude n’est pas le plus lourd à porter. «Le plus frustrant est mon sentiment d’abandon. Après nous avoir applaudis, la population nous a oubliés. Les autorités, elles, nous ignorent. J’ai l’impression d’avoir été sacrifiée», nous explique Corinne.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.

Articles en relation