Passer au contenu principal

Cinq jours après l’espoir PfizerLe petit labo Innomedica lâche la course au vaccin

L’entreprise bernoise promettait un vaccin pour l’automne. Après un revers, elle ne peut s’engager dans des essais à large échelle.

Au cœur de la salle blanche du labo pharmaceutique bernois qui tente de redéployer ses anticancéreux contre le Covid-19.
Au cœur de la salle blanche du labo pharmaceutique bernois qui tente de redéployer ses anticancéreux contre le Covid-19.
Innomedica

Cinq jours après l’espoir soulevé par Pfizer et Biontech, la société bernoise Innomedica se met en retrait de la course au vaccin contre le Covid-19. «Nous sommes arrivés à l’étape où nous n’avons pas les moyens de déployer jusqu’à cent millions de francs pour son homologation, sa production et sa commercialisation», témoigne Stefan Halbherr, l’un des responsables du labo biopharmaceutique familial.

Déception au cœur de l’été

Innomedica a fait parler de lui au printemps en annonçant redéployer sa technologie anticancéreuse – des liposomes acheminant les traitements au cœur des tumeurs – pour produire, dès cet automne, quelques millions de doses de vaccin dans son usine de Marly (FR).

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.