Passer au contenu principal

Succession de Christelle Luisier à PayerneLe PLR mise sur Edouard Noverraz pour la complémentaire

A la suite du départ de la charismatique syndique au Conseil d’État, le PLR a choisi son candidat en vue de l’élection à la Municipalité, le 21 juin.

Doyen pédagogique à l’établissement primaire de Moudon-Lucens et coach sportif, Edouard Noverraz défendra les couleurs du PLR lors de l’élection complémentaire à la Municipalité de Payerne.
Doyen pédagogique à l’établissement primaire de Moudon-Lucens et coach sportif, Edouard Noverraz défendra les couleurs du PLR lors de l’élection complémentaire à la Municipalité de Payerne.
DR

Qui choisir pour affronter l’UDC Jocelyn Canopé le 21 juin lors de l’élection complémentaire à la Municipalité de Payerne, à la suite du départ de la syndique Christelle Luisier au Conseil d’État vaudois? C’est la question que les membres du PLR payernois devaient trancher lors d’un vote par correspondance, dont le dépouillement était organisé ce mercredi. Et entre Jacques Henchoz (1962), vieux routinier de la politique communale, et Edouard Noverraz (1974), novice dans le domaine, le parti a choisi de miser sur la relève. Avec 96 voix sur 132 suffrages exprimés (94,3% de participation), le doyen pédagogique de l’établissement primaire Moudon-Lucens n’a laissé aucune chance à l’ancien municipal (2011-2016), policier à la sûreté (35 voix).

«C’est un score flatteur, mais qui met aussi la pression. J’espère que les membres du parti me maintiendront leur appui lors de l’élection municipale», glisse l’heureux élu, officiellement membre du PLR payernois depuis l’automne. Enfant de Payerne, il a bourlingué dans plusieurs localités de la Broye vaudoise durant 22 ans, avant de revenir s’installer dans le chef-lieu il y a quelques mois. Pandémie et gestes barrières obligent, le candidat devrait axer sa campagne sur internet et les réseaux sociaux.

De son côté, Jacques Henchoz annonce se retirer du PLR avec effet immédiat. À Payerne, il a siégé cinq ans au Conseil communal et autant à la Municipalité. Auparavant, il avait déjà milité pour le Parti radical à Chavannes-près-Renens et Avenches, depuis 1983. Malgré des rumeurs en ville, il ne devrait pas revenir dans la course sous une étiquette indépendante. «Avec un tel retard à l’intérieur du parti, il serait trop compliqué d’aller chercher des voix ailleurs», déclare-t-il, le cœur lourd.

Le poids des forains

Le choix du PLR s’est peut-être aussi joué au sein de la commission des forains de la vénérable société des tireurs à la cible. Les deux candidats ont œuvré récemment dans cette importante commission du traditionnel Tirage, dont la composition se veut d’obédience radicale depuis des lustres. L’accession aux forains est un passage obligé pour accéder à la présidence de l’abbaye. Elle s’opère par cooptation.

Quand Jacques Henchoz terminait son mandat parmi les forains, il aurait commis l’erreur de proposer un ex-libéral pour sa succession. Une manœuvre qui aurait déplu à plusieurs caciques radicaux, même si les deux branches ont fusionné il y a déjà plus de 10 ans pour former le PLR. Finalement, la présidence de ladite commission est revenue à un candidat du bon bord. Quant à Edouard Noverraz, c’est l’actuel président du PLR payernois, qui lui a succédé.