Passer au contenu principal

Élections communalesLe POP ne lâche pas son bastion renanais

La Fourmi rouge présente pas moins de 36 candidats au Conseil communal et trois à la Municipalité, pour un premier tour à valeur de test.

Karine Clerc, municipale sortante (Enfance - cohésion sociale), Didier Divorne, municipal sortant (Bâtiments - Domaines - Logement - Cultes) et Carole Castillo, candidate à la Municipalité.
Karine Clerc, municipale sortante (Enfance - cohésion sociale), Didier Divorne, municipal sortant (Bâtiments - Domaines - Logement - Cultes) et Carole Castillo, candidate à la Municipalité.
DR/Fourmi Rouge

La gauche de la gauche ne se laisse pas abattre dans son bastion historique de Renens. Quelques jours après l’annonce d’une alliance rose-verte dès le premier tour, la Fourmi Rouge, section renanaise du POP, présente une liste de pas moins de 36 candidats au Conseil communal et de trois candidats à la Municipalité. Comme déjà annoncé, les sortants Didier Divorne et Karine Clerc se représentent, rejoints par Carole Castillo, cheffe de groupe Fourmi rouge et vice-présidente du Conseil communal.

Pour le plénum, la formation vise haut, avec une liste de 18 hommes et 18 femmes, 36 noms au total, alors qu’elle est actuellement la troisième force politique derrière le PS et le PLR, avec 17 élus. Pour rappel, jusqu’en 2016, la formation tenait encore la syndicature, entre les mains de Marianne Huguenin, et 23 sièges au Conseil communal. En résumé, les précédentes élections ont entamé une position qu’il s’agit maintenant de regagner, malgré la décision du PS et des Verts de ne pas faire équipe avec les popistes, en tout cas au premier tour.

«Rejoindre la Fourmi rouge m’a paru une évidence. Ses valeurs me parlent et ils sont présents à tous les échelons de la vie locale.»

Joëlle Zahnd, enseignante, candidate au Conseil communal

Sang neuf

Pour affronter la campagne, la Fourmi rouge met en avant son ancrage sur le terrain, notamment dans le milieu associatif, et sa capacité à attirer du sang neuf, avec un tiers de nouveaux venus parmi les candidats au Conseil communal. Joëlle Zahnd, enseignante, fait partie du lot: «Rejoindre la Fourmi rouge m’a paru une évidence. Ses valeurs me parlent et ils sont présents à tous les échelons de la vie locale.»

Les axes du programme de la Fourmi Rouge s’articulent en effet largement autour du vivre-ensemble, du renforcement des démarches participatives, y compris dans le domaine de la culture, ou encore des initiatives sociales en faveur des seniors. À côté de propositions sur le thème de la mobilité et de l’écologie, dont le 30 km/h de nuit, sur le terrain économique, la formation propose entre autres une campagne de sensibilisation des employés de l’économie domestique à leurs droits ou la création d’un fonds pour soutenir les travailleurs qui n’ont pas accès aux droits sociaux.