Passer au contenu principal

Faire son deuil dans le ChablaisLe crématorium verra le jour mais le projet de coopérative est mort

La construction du Centre funéraire Riviera-Chablais est stoppée depuis octobre 2019. La société néerlandaise qui l’a racheté mercredi annonce qu’il pourrait être opérationnel d’ici à deux mois.

Le chantier du crématorium aiglon est à l’arrêt depuis plusieurs mois.
Le chantier du crématorium aiglon est à l’arrêt depuis plusieurs mois.
Chantal Dervey

Le crématorium est-il mort et enterré? La question se pose depuis de longs mois à Aigle. Alors qu’elle a commencé au printemps 2019, la construction du Centre funéraire Riviera-Chablais est stoppée depuis près d’une année. À l’origine de cette longue léthargie? Des problèmes financiers, indiquent plusieurs sources.

«Le porteur de projet (ndlr: Jean-Bernard Croset) n’a pas pu récolter la somme nécessaire à faire aboutir le projet, mais un repreneur s’est manifesté», confirme Jean-Luc Duroux, municipal d’Aigle en charge des cimetières.

L’édile ne cache pas sa satisfaction à voir le projet estimé à 3,6 millions de francs sortir de l’ornière: le terrain sur lequel est prévu le funérarium appartient à la Commune. Il a été mis à disposition de la coopérative Centre funéraire Riviera-Chablais à la suite du vote du Conseil communal de mai 2018.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.