Passer au contenu principal

Élections communales à LucensLe PS se verrait bien gagner un siège à la Muni

La commune broyarde va vivre son premier scrutin sans cercles électoraux. Neuf candidats visent les sept sièges de l’Exécutif.

Sauf surprise au dépôt des listes, lundi, neuf candidats brigueront les sept sièges à la Municipalité de Lucens.
Sauf surprise au dépôt des listes, lundi, neuf candidats brigueront les sept sièges à la Municipalité de Lucens.
PHILIPPE MAEDER

Trois sièges pour l’Union Communale (UCL), autant pour le PLR et un seul pour le PS et sympathisants. Jouées à l’automne 2016 suite à la fusion de six communes autour de Lucens, les élections communales avaient laissé un goût amer au PS. Alors que les trois groupes avaient décroché, respectivement, 20, 14 et 16 sièges au Législatif, la section avait fait les frais des cercles électoraux pour se retrouver décrochée à la Municipalité avec Sylvain Schüpbach, seul élu.

Quatre ans et demi plus tard et alors que les sept sortants se représentent, le PS espère profiter de la suppression des cercles pour décrocher une représentation plus proche de sa force. Sauf surprise de dernière minute, les électeurs auront ainsi le choix entre neuf candidats pour les sept sièges.

Le PS alignera les conseillers communaux Christophe Hossein et Jean-Claude Gobet, aux côtés de Sylvain Schüpbach. «Les cartes seront redistribuées et le PS peut légitimement ambitionner une meilleure représentation», lâche ce dernier, président de section. Fraîchement retraité, Jean-Claude Gobet tentera un retour à la Municipalité, où il a siégé jusqu’en 2000. Au Conseil communal, l’objectif sera de défendre les acquis, avec, si possible, une vingtaine de candidats.

PLR et Union

Pour le PLR, les sortants Patrick Gavillet (syndic), Ermanno D’Agostino et Daniel Juilland rempilent. «On part dans l’inconnu sans les cercles, mais on souhaite continuer le travail commencé depuis 2017», souligne le dernier, président d’une section qui alignera plus de 20 candidats au Législatif.

Enfin, pour l’UCL, la députée UDC Aliette Rey et les élus Vincent Bessard et Sébastien Jung seront aussi de la partie, alors que la liste pour le Conseil communal affichera une trentaine de noms, issus de toutes les localités. «Nos municipaux font preuve d’une solide expérience», communique l’UCL, souhaitant le maintien d’une équipe soudée, d’un climat sain et d’une bonne collaboration entre groupes.

4 commentaires
    Jean-François Chappuis Badoux

    Sans vouloir se faire l'avocat du diable on peut aisément supposer que la candidature de Jean-Claude Gobet mentor du PS va permettre aux socialistes d'obtenir un 2ème siège et ceci au détriment du PLR ou de l'UDC. À moins d'un retournement de situation de dernière minute.